Voyager... Lire...

20 janvier 2016

"Charlie de simple" de Ciaran COLLINS

Afficher l'image d'origine

Charlie le simple de Ciaran Collins

Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Dumas

Éditions Joelle Losfeld, 2015, 419 pages

Pour Charlie, tout n'est pas simple. Depuis tout jeune il a des troubles de la personnalité, à la limite de l'autisme. Il a des liens sociaux très restreints qui se résument à ses parents, avec lesquels il vit encore malgré ses vingt-cinq ans, et ses deux amis Sinéad et James auxquels il est très attaché. On le surnome le Gamal qui signifie "idiot" en gaélique. Des évènements tragiques ont eu lieu et Charlie ne parvient pas à gérer toutes ses émotions, sa peine et parfois des sentiments de culpabilité. Comme il n'arribe pas à parler, on lui demande d'écrire son histoire, d'évacuer , de raconter, peut-être que ça ira mieux ensuite.

Le gros problème, c'est que nous rencontrons Charlie au début de sa thérapie alors qu'il est bien incapable de raconter son histoire, il ne peut pas, il ne veut pas.... Raconter reviendrait à admettre la réalité, à en prendre conscience. Ce sont ses écrits que nous avons entre les mains, son histoire qu'il ne veut pas nous dire.

S'en suit alors une narration étrange, une histoire que l'on ne veut pas nous raconter. Son médecin lui demande de produire un certain nombre de caractères par jour alors, forcément, il va falloir trouver des moyens détournés pour remplir les lignes sans rien nous dire. Surtout que notre jeune personnage déteste les livres : "les livres, c'est de la couille en barre", nous voici prévenu dès les première lignes. Et puis, il n'est pas fort pour donner des détails, décrire les choses, alors si besoin est, nous auront droit à des dessins ou à des photos, c'est bien plus pratique comme ça! Et pourquoi pas combler les lignes avec des caractères spéciaux parfois...

Si raconter est compliqué pour Charlie, lire son texte n'est pas simple pour le lecteur. Le roman est tout en divagation, en évitements... et on se rend vite compte que Gamal est bien loin d'être le simplet que l'on a voulu nous décrire. Son statut d'idiot du village lui permet d'affirmer et de montrer du doigts des évidences que tout le monde préfère ignorer, éviter. Surtout que c'est son texte et qu'il se livre à ses réflexions à souhait, du moment qu'il ne parle pas du coeur des évènements.

En filigrane, par qu'on ne veut pas nous livrer l'histoire, la vraie, celle qui est censée être le coeur du roman, il y a l'histoire de Sinéad et de James, comme celle de Roméo et Juliette Irlandais.

Au-delà de la narration singulière du personnage, c'est le style de l'auteur qui se déploie. Charlie le simple est un texte fort et percutant, l'auteur n'a pas peur de se confronter aux lecteurs. Il y a parfois de la vulgarité, mais aussi beaucoup de poésie et de travail dans le style. Ciaran Collis veut donner une voix singulière à ce personnage singulier, Charlie ne pense pas comme la plupart d'entre nous, son livre se doit d'être à son image.

Ce livre a inauguré le Club de lecture de la librairie Arthur cette année, ma proposition bien sûr, l'Irlande, tout ça... Le livre a semblé ardu à bon nombre mais je suis ravie d'avoir découvert cet auteur et son style, pas loin d'un coup de coeur pour moi !

Afficher l'image d'origine

16 janvier 2016

"L'argent a été viré sur votre compte" de Dimitris SOTAKIS

Résultat de recherche d'images pour "l'argent a été viré sur votre compte"

L'argent a été viré sur votre compte de Dimitris Sotakis

Traduit du grec par Anne-Laure Brissac

Éditions Intervalles, 2014 (texte original de 2009), 169 pages

Un jeune homme, dont on ne nous donnera jamais le nom, postule pour une emploi dans une grande société. Il est au chômage depuis un moment et sa situation financière est critique, alors il met tous ses espoirs en cet entretien, surtout que c'est déjà un exploit de décrocher un rendez-vous! Il est rapidement embauché, on lui fait signer un contrat d'un an. Son travail sera de rester chez lui et de stocker des meubles, juste cela. A chaque dépôt, une somme non négligeable est virée sur son compte. La belle aubaine pour le jeune homme, il fait des projet avec sa petite amie, pourra enfin acheter une maison, et pourquoi pas installer sa mère malade avec eux! Rapidement, la situation tourne au cauchemar, les livraisons affluent et le jeune homme n'a plus le droit de sortir de chez lui car il doit les réceptionner à toute heure... Et puis, son appartement est bien petit...

Voici ma première pioche à l'éveugle pour cette année grecque. Je cherchais un autre auteur à la bibliothèque, je ne l'ai pas trouvé, mais je suis tombée sur ce petit livre à la place.

L'ambiance du roman est totalement loufoque, c'est un contrat et une situations bien singulières pour le jeune homme. Le personnage est d'ailleurs fort sympathique et on suit avec plaisir ses hauts et ses bas au début du roman, comme si cette aventure arrivait à un vieux pote. On espère qu'il va s'en sortir, et, comme lui, on prie pour qu'il obtienne ce job providentiel. L'histoire est un peu folle, on ne comprend pas bien le but de l'entreprise qui embauche, on est comme le protagoniste, mais ça nous amuse aussi. Puis l'intrigue plonge dans l'étrange et la deuxième partie du livre est d'un tout autre ton, plus sombre limite désespérant, cauchemardesque.

On essaie alors de comprendre ce qui arrive au jeune homme, cloîtré chez lui, coincés entre les meubles avec des gens qui l'observent comme un animal de laboratoire. Le problème, c'est que le roman ne nous donne pas les clefs de l'intrigue.

Alors j'ai réfléchis et j'ai essayé de comprendre. Le livre parait en 2009, très peu après le début de la crise financière dans laquelle la Grèce va sombrer. Je me suis demandé à plusieurs reprises si les meubles que l'on livrait en masse à notre héros n'étaient pas le fruit de saisies d'un nombre tel que le pays ne savait plus où stocker les biens. Alors que le pays étouffe littéralement d'un point de vu économique, le compte en banque du personnage s'engraisse à vive allure, lui-même étouffé par sa situation qui le rend fou... des sons lui arrivent d'ailleurs de l'extérieur, le pays semble à sang.

J'ai beaucoup aimé jusqu'au 3/4 du roman mais ensuite c'était trop dingue pour vraiment suivre et comprendre. J'aurais aimé qu'on me donne un minimum d'indices sur la clefs du livre. La situation initiale m'a beaucoup plue, c'est bien amusant au premier abord. Je recommande quand même ce livre malgré la fin nébuleuse. Une bonne découverte ! (et un livre un peu zorbesque, il faut l'avouer!)

Livre lu dans le cadre de l'Année Grecque que j'organise avec ma cousine Yueyin et dans le cadre du Challenge Union Européenne en 28 livres : Grèce.

zorba_LOGO Challenge Europe

11 janvier 2016

"Arrêtez-moi là" de Gilles Bannier (film)

175818_arretez_moi_la_decouvrez_deux_extraits_du_film

Arrêtez-moi là de Gilles Bannier

D'après le roman de Iain Levison

Sortie le 06 janvier 2015, 1h34

Avec Reda Kateb et Léa Ducker...

Samson mène une vie simple et rangée. Il est chauffeur de taxi, a une petite amie et vit tranquillement dans son petit. appartement propret avec son chat qui le suit partout et qui lui tient compagnie lors de ses courses. Un beau jour, il prend une course à l'aéroport de Nice, il doit déposer sa charmante cliente à Grasse. Le soir même, la fille de cette femme disparaît et Samson se retrouve accusé d'enlèvement et de meurtre, même si aucun indice n'est vraiment probant.

La machine judiciaire se met alors en marche. Sansom, de bonne foi, croit d'abord en la justice et pense qu'il ne peut rien lui arriver, il n'est pas coupable ! Alors il ne cherche pas trop à se défendre et on finit par lui refourguer un avocat foireux. Tout s'écroule autour de lui, il attend désormais son procès.

Ce roman est la triiste histoire d'une erreur judiciaire. Même si on a juste un petit doute au début du film, on comprend bien rapidement que Samson n'est coupable de rien et qu'il n'a aucune idée de la façon dont s'y prendre pour le prouver et s'innoncenter.... oui, c'est le rôle de l'avocat normalement, mais il y a des incompétents partout...

Je suis allée voir ce film sans trop savoir ce que j'allais voir (ça me ressemble, comme lorsque j'ouvre un livre, je ne lis que rarement la quatrième page de couv') et j'ai découvert seulement quelques minutes avant le début que c'était l'adaptation d'un roman de Iain Levison (que je voulais d'ailleurs voir! Bref.)

J'ai beaucoup aimé ce film, je suis restée scotchée à l'écran sans voir le temps passer. La prestation de Reda Kaleb est incroyable. Il a le ton juste, il est totalement crédible... on a tellement envie de l'aider ! Et puis l'histoire est prenante, on suit la non-enquête et le procès d'un oeil dépité.

Et puis, cerise sur le gâteau, nous avons ensuite eu le plaisir de rencontrer l'équipe du film.

arr_tez_moi_l_

Je vous reparle bientôt de cette histoire car j'ai emprunté le roman de Iain Levison à la bibliothèque.

Posté par Cryssilda à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 janvier 2016

"Aïvali" de SOLOUP

Afficher l'image d'origine

Aïvali de Soloup

Editions Steinkis, 2015, 402 pages

Parfois, le hasard nous fait tomber sur des livres et nous embarque dans des aventures improbables. Pendant les vacances de Noël, ma copine Isil a noté un livre sur Goodreads, le titre de ce livre a immédiatement mis mon cerveau en alerte. Aïvali, c'est en effet la ville de naissance de mon arrière grand-père. Je découvre alors que, justement, ce livre raconte les évènements qui l'ont obligé à quitter son pays.

Aïvali ressemble à ça aujourd'hui, et je me dis que j'aurais bien aimé y naître :

Afficher l'image d'origine

Mais revenons à cette BD, car oui, c'est une BD. J'ai lu une BD, c'est incroyable.

Le livre raconte l'histoire d'Aïvali et des événements de 1922, lorsque la population grecque d'Aïvali est priée de quitter le village pour que des populations turques s'y installent. On ne leur a pas demandé leur avis, dans un camp comme dans l'autre.

Le roman raconte alors le destin de quatre personnages pris dans l'engrenage de l'Histoire. Il y a tout d'abord Zeïbékiko dont la grand-mère vient d'Aïvali. Il part en voyage pour découvrir la ville de ses ancêtres et renouer avec ses origines. Nous le retrouverons à plusieurs endroits du livre, tel un penseur qui essaie d'analyser l'Histoire. Et puis, il y les destins tragiques, les familles séparées, les morts, les viols, les larmes... tout ce qui définie hélas les guerres, encore aujourd'hui.

Ma lecture de ce livre a été bien particulière, tout comme Zeïbékiko, je renouais avec mon histoires et celle de ma famille... et j'ai moi aussi envie d'aller visiter Aïvali, maintenant en Turquie, très rapidement.

Voici une bd très agréable à lire, c'est un beau livre que l'on ouvre, de beaux dessins, parfois sombres mais toujours beaux même si tout est en noir et blanc. J'ai aimé cette mouette qui survole l'histoire, comme un témoin impuissant, aussi impuissant que les hommes. Il y a un passage génial avec l'auteur Fotis Kontoglou (que je note dans un coin pour la suite de nos aventures.)

Un livre que je recommande pour découvrir ce moment trop méconnu de l'histoire, des aspects de la culture grecque et la bonne humeur de ces gens. C'est captivant !

Je triche un peu, j'ai lu cet ouvrage avant le début de l'année grecque, mais en même temps, il n'y aurait pas eu d'année grecque sans ce livre !

Livre (donc) lu dans le cadre de l'Année Grecque que j'organise avec ma cousine Yueyin.

received_10153856210518330 (2)

Posté par Cryssilda à 23:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2016

Une année en Grèce, ça vous baklava ?

Les idées fusent en ce début d'année et avec ma cousine-copine Yueyin nous avons le coeur de vous embarquer dans de nouvelles aventures, vers de nouveaux fronts, dans des paysages majestueux, sur des plages de sable blanc sous fond de mer turquoise, des ruines autour de vous.... la vie, la vraie ! 

Nous vous invitons à voyager avec nous en Grèce ! En hommage à nos ancêtres communs d'Asie Mineure, à Yueyin et à moi !

Oui, l'année 2016 sera grecque ou ne sera pas ! Vous partez avec nous ?

Le but est de découvrir ensemble la littérature grecque (car oui, nous proposons et nous sommes bien loin d'être des spécialistes!), le cinéma, la musique, la cuisine.... tout est permis tant qu'il y a de la graisse Grèce inside ! Et ce tout au long de l'année ! Séduisant, n'est-ce pas ?

Nous vous proposons d'ores et déjà quelques Lectures Communes, mais nous espérons que d'autres fuseront au cours de l'année grâce avec votre enthousiasme légendaire de blogueurs !

Le programme :

  • 15 février : Polar
  • 15 mai : Théatre
  • 15 juillet : Roman classique (avant la seconde guerre mondiale)
  • 15 septembre : Roman contemporain
  • 15 octobre : Passe moi le tzatziki
  • 15 novembre : Les îles perdues
  • 15 décembre : Mythologie

Et parce que ça nous intéresse de savoir où vous en êtes, de vous motiver en cas de coup de mou etc... Nous vous proposons un Conseil de Grèce à la fin de chaque trimestre histoire de faire des bilans de mi-parcours, soit le 31 mars, le 30 juin, le 30 septembre et le grand final le 31 décembre !

Une taverne grecque vous attend sur Facebook avec degustations de moussaka, d'ouzo, de baklava... et si vous avez de la chance, Zorba lui-même viendra s'essayer à quelques pas de danse !

Les inscriptions de font en commentaire chez Pénélope-Yueyin et moi-même!

Last but not least, les formidables logos !

 

received_10153856132443330__2_

received_10153856210518330__2_

received_10153856618178330__2_

zorba_LOGO

 

Alors, vous nous suivez ?

 

Posté par Cryssilda à 14:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :



01 janvier 2016

Kiltissime bilan.

Le mois de décembre s'est empli de douceur pour moi grâce au mois Kiltissime. Je suis assez contente de moi, j'ai réussi à tenir sur la longueur même si je n'ai pas pu faire toutes les LC (les LC arrivent toujours trop vite!) car j'avais prévu un programme bien trop chargé en lecture! Il n'est donc pas impossible qu'il y ait du rab dans les semaines à venir.

Voici le détail de mes billets... des lectures assez uniquement classiques ou polars. Et malheureusement pas de coup de coeur à déclarer...

Pour retrouver les billets de tous les participants, c'est par ici

Les gagnants de concours James Kelman sont lui suivants : Albertine, Jessica, Lou, Denis (parce que tu as aimé un autre de ses livres!) et FondantGrignote (pour te remercier de ton implication dans le mois Kiltissime!)

Je remercie également, et encore une fois, FondantGrignote pour ses deux kiltissimes logos que j'ai eu grand plaisir à utiliser ! Comme convenu, tu recevras un petit kiltissime colis, tu as été la seule à participer, tu gagnes le concours ! (j'aurais besoin de ton adresse pour tout ça!)

Pour terminer ce mois, je me suis lancé dans l'élaboration d'un Cranachan Cake (j'avoue que j'ai des envies de cuisiner depuis que j'ai lu The Christmas Spirit!). Assez sympa et inhabituel pour nos papilles française. Cela accompagne à merveille une bonne tasse de thé !

cranacha

Enfin, je souhaite remercier du fond du coeur tous les participants de ce mois Kiltissime, sans vous, il n'y aurait pas de mois Kiltissime ! Merci pour votre enthousiasme, vos échanges, vos découvertes ! Vous êtes... KILTISSIMES! A l'année prochaine ?

EwanKilt

Pour les Challenges à venir... Yueyin et moi vous préparons une Année Grecque (détails à venir très bientôt!), oui oui ! En avril, je vous proposerai Un mois Scandinave et en juin, vous retrouverez bien sûr le mythique Mois Anglais.

Posté par Cryssilda à 17:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Bonne année !

CARTE-~1

Je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle année.

La santé, la bonheur, la famille pour en profiter, des amis pour partager et plein de livres pour voyager !

Bonne Année 2016 !

Posté par Cryssilda à 17:43 - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 décembre 2015

Mon année 2015.

Je ne voulais pas faire de bilan de cette année qui m'a été très pénible et qui m'a beaucoup volé... mais, plus que jamais, les livres ont tenu une grande part dans ma vie en 2015 car quand ça va pas...

il y a les amis bien sûr, les vrais qui sont présents quand ça va et ou pas... mes copines de pub des Lilas, mes gaéliques (ici ou gaélique-country), ma copine de resto U.E., mes collègues JDB power et les nouveaux TM power (qui ne liront pas ce billet mais quand même, je les aime!), les copines victo qui ont su être là, mon "ours" écossais, une péplaute retrouvée, les copains inclassables...

Et ma famille, et mes frères... qui d'un coup a resserré les liens, parce qu'on en avait besoin.

Et puis la blogo... J'ai reçu plein de support de la blogo, de gens que je n'ai pas toujours rencontrés et ça m'a fait du bien. .

Merci à tous ! Je n'ai pas été loin de péter un câble cette année et sans vous, ça aurait été encore plus dur !

Je le sentais mal en début d'année, je l'avais dit, et puis Charlie est arrivé, Charlie qui n'en demandait pas tant nous a bien plombé le moral. Mais belle manifestation il y eut.

charlie_manif

En février, il faisait froid en Écosse mais même pas peur ! J'ai vu où travaillait Rebus et je suis allée lire au coin du feu dans son pub. Puis j'ai vu Saint Andrews avec un guide de choc et c'était beau (et froid, très froid, purée!)

crail

En mars, il ne s'est pas passé grand chose, je crois.

En avril, tonton est rentré à l'hôpital et m'a encouragé à aller passer les écrits du CAPES (que je n'avais pas préparés car on pouvait pas laisser tonton sans visites!)

En mai, je suis partie en Allemagne avec mes troisièmes et une crème de collègue. Tonton en a profité pour partir en douce et je me suis réfugiée dans Anatole France (pourquoi? grand mystère à ce jour jamais résolu.) En échange, on m'a déclarée admissible au CAPES, comme si ça faisait le poids. Merci Kazuo Ishiguro, et il faut que je joue aux "rounders" un jour.

pipe_chacom_baccara_nature_orange_43_1

En juin, ma famille, mes amis et JDB power m'ont forcé à partir à Nantes pour les oraux (bien sûr que je ne les avais pas préparés, comme si j'en étais capable...) Merci Obama (ouais ça le fait de remercier un président des USA, hein!). On m'a donné le CAPES. THE bonne nouvelle de l'année même si j'ai du mal à apprécier cet échange.

nantes

Puis les vacances... En août, on ne peut pas fêter les 60 ans de tonton mais on fête les 90 ans de mon papy, ouf! Mais papy nous disait au revoir ce jour-là, deux semaines après, il se faisait la malle.

casquette_grand_pere_classique

En Novembre, je décide finalement de fêter ma nouvelle décennie, celle qu'on aime pas, mais j'ai grand besoin de mes amis... Manque de bol, je suis née le 13 novembre, comme on m'a dit "on n'oubliera plus la date maintenant!". Bref. Mais le 14 débute le club de lecture de la librairie Arthur et que j'anime !

Et puis, il y a les livres et beaucoup de livres il y eut... et d'abord des livres doudous qui m'ont propulsée dans une bulle de coton le temps d'une lecture :

  • Le Mur invisible de Marlen Haushofer, je m'y suis réfugiée dans le bus, en rentrant de l'hôpital, avec des chats, un chien, des vaches, la nature, la montagne. Une fenêtre d'air frais que ce livre !
  • Le crime de Sylvestre Bonnard d'Anatole France pré-cité, de l'humour, de la folie et de la bonne humeur bien réconfortante.
  • Mes auteurs d'amour qui me font toujours un bien fou : Wilkie Collins, Alessandro Baricco que j'ai eu plaisir à retrouver cette année, Ian Rankin (quel bonheur au coin d'un feu!).
  • Et puis il y a eu la série de Jeffrey Archer, dont le premier tome que j'ai lu la semaine précédant le CAPES (!) (et même pas en anglais!). De l'aventure, de l'amour, un bon page turner qui ferait presque oublier le reste (et qu'on doit passer un concours!)
  • La lettre qui allait changer la vie d'Harrold Fry de Rachel Joyce.... que j'ai vu comme un cadeau de tonton, car sa bibliothèque est dans mon garage... j'y suis allée me promener et j'ai trouvé ce livre en haut d'une pile, qui m'attendait.... Une autre bulle de coton. Merci tonton!
  • Otto et Etta d'Emma Hooper, du même style qu'Harrold Fry, beaucoup de marche, de gens sympa, des animaux, des beaux paysages.
  • Et enfin, pour essayer de survivre à Noël, je suis partie dans le petit coffee shop de Susan Buchanan en compagne de son Christmas Spirit et ça m'a transporté en Écosse parmi les bonnes odeurs de gâteaux.

J'ai eu pas mal de coups de coeur cette année (mais pas pendant le mois Kiltissime, what, whaaat?!) : The Informer de Liam O'Flaherty (je n'oublierai jamais la fin de ma lecture dans une vieux pub d'Edimbourg), Le mur invisible de Marlen Haushofer (merci A Girl de m'avoir traînée là-dedans!), Le coeur qui tourne de Donal Ryan (excellent premier roman irlandais!), La fiancée de Lammermoor de Walter Scott (Wattie, parfois je t'aime! d'autres fois... moins!), La tache de Philip Roth (attention chef-d'oeuvre! d'ailleurs, il m'en faut un autre, NOW!), Tard, il était si tard de James Kelman (pépite, ça ma retourné!), La neige noire de Paul Lynch (l'homme qui se met à mes pieds! Haha! Livre génial! Encore en Irlande), La Profession du père de Sorj Chalandon (qu'est-ce qu'il ma touché ce livre ! Grande réconciliation avec Sorj du coup!) et enfin Charlie le simple de Ciaran Collins (ce n'est pas à cause du nom, hein! J'en parle en début d'année sur le blog, un roman très étonnant!)

Enfin, j'ai découvert plein de bons auteurs (bon parfois, j'en ai parlé plus haut, mais peu importe, c'est mon blog!) : Anatole France (je ne savais même pas que c'était autre chose qu'un nom de rue avant!), Philip Roth (NOW j'ai dit!), Donal Ryan (j'attends le prochain!), Ciaran Collins (pareil!!), Jesus Carrasco (livre de dingue, de dingue, de dingue!), Gonzague Saint Bris (merci tonton encore une fois, je n'aurais JAMAIS lu un livre d'un auteur qui s'appelle Gonzague toute seule, et quelle erreur!), Bruce Chatwin (merci Marie et Stéphanie) et Alexis Zentner et ses histoires de homardier qui aurait tout à fait sa place dans la catégorie doudou (mais je l'ai lu avant d'en avoir besoin!). Et Jean-Christophe Ruffin, pour les raisons que je sais.

Last but not least, merci aux éditeurs et aux attachés de presse qui rendent la vie des blogueurs bien plus belles tout au long de l'année! En particulier Cécile et Maggie (Robert Laffont) et Anne-Charlotte(Métailié).... Vous êtes au top! Toujours !

Merci aux auteurs sympa, pas la grosse tête, gentils : Peter May, Jerome Attal, Sam Millar, Audren (parce qu'on est rien que des fées-princesses!), Sophie Adriansen, Laurent Bénégui.... (et j'en oublie forcément) et à tous les auteurs qui font que les livres existent !

Et puis big up à mes libraires de choc !

Bref. C'était mon année 2015, on passe à une autre très vite, non ?

au-revoir-60961589

 

Posté par Cryssilda à 14:50 - Commentaires [25] - Permalien [#]

28 décembre 2015

"Le doute" de S.K. TREMAYNE

le doute

Le doute de S.K. Tremayne

Éditions Presse de la Cité, 2015, 380 pages

La famille d'Angus et Sarah ont vécu un terrible drame il y a quelques mois... L'une de leur filles jumelles, Lydia âgé de six ans, est décédée. Pour essayer, non pas d'oublier, mais de surmonter l'épreuve, ils décident de partir s'installer sur une île perdue des Hébrides. L'île est a eux et ils doivent retaper petit à petit la vieille maison léguée par la grand-mère d'Angus alors qu'ils sont déjà installés. Le couple bat de l'aile depuis le drame et la petite qu'il reste, Kristie, est très instable. Petit à petit, une ambiance dérangeante et malsaine s'installe entre les membres de cette famille qui vit en huis-clos. Kristie décide de se faire appeler Lydia, semant le doute chez ses parents.... Laquelle des deux jumelles (totalement identiques!) est vraiment morte ? Auraient-ils pu se tromper à l'hôpital ? Tout le monde se met à douter de tout le monde, le lecteur se met même à douter des personnages et, pire, de l'intrigue de l'auteur ! D'où le titre, un sacré doute pour moi !

J'avais repéré ce roman lors de la rentrée littéraire et j'avais très envie de le lire car son thème m'intéressait : L'Ecosse, l'île paumée, des jumelles douteuses (ouais très douteux, j'insiste!). J'ai alors pensé que le mois kiltissime m'autorisait cet achat (oui, des fois, faut se donner bonne conscience!).

Très vite, j'ai compris mon erreur.... Le doute est un roman confus, limite un roman brouillon. Les personnages, surtout la mère Sarah, est insupportable et bête. On a du mal à s'apitoyer avec elle, on a juste envie de lui demander de réfléchir, d'ouvrir les yeux ! Et d'éviter d'analyser les moindres gestes de Kristie et de l'aimer! L'histoire est rendue très improbable du fait de son attitude, Sarah qui a perdu un enfant mais qui ne se raccroche pas à la survivante mais qui la juge, la scrute, l'éloigne, la pousse dans la solitude. Non non non, ce n'est pas possible ! Surtout quon veut nous faire croire qu'elle agit bizarrement à cause de sa peine extrème liée à la mort de sa fille. Euh... cherchez la logique !

Je n'ai pas non plus aimé (oui, je ne l'ai peut-être pas encore dit, mais je n'ai pas aimé ce roman) le jeu de l'auteur à semer le doute sur absolument TOUT toutes les deux pages. On se retrouve alors avec un livre où TOUT est possible dans l'intrigue, toutes les pistes sont imaginées par l'auteur et casées dans le livre ! Non mais oh, ça va ! Si le lecteur n'y comprend plus rien, n'arrive pas à voir le moindre fil conducteur dans l'histoire et ne cherche même plus à essayer de trouver le mystère, ben moi j'appelle pas ça un bon livre. Du coup, je n'ai pas compris les motivations de l'auteur ni où il voulait en venir à part essayer de créer un livre rempli d'énigmes (qui ne servent à rien!)

Alors que j'adore les enfants, même moi j'avais envie de noyer la petite tellement ça devenait insupportable tout ça !

Bref.

Ceci était mon billet pour la LC île paumée du lois Kiltissime... Moi qui m'attendais à un super roman avec une super ambiance pluvieuse et venteuse avec la mer qui claque sur la plage..... snif.

ewan moche

Posté par Cryssilda à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 décembre 2015

"The Christmas Spirit" de Susan BUCHANAN

the christmas spirit

The Christmas Spirit de Susan Buchanan

Kindle Editions (auto-publié), 2013, 166 pages

Décembre arrive, le mois le plus occupé de Natalie Hope, SON mois de travail ! Chaque année, à l'approche de Noël, elle choisit quatre personnes pour distiller la magie de Noël, l'esprit de Noël ! Cette année, c'est dans une petite ville écossaise qu'elle décide d'oeuvrer, au bord du Loch Lomond. Elle s'installe dans un petit cottage douillet et occupe l'intérim dans le coffee shop local en l'absence de sa propriétaire en convalescence après une opération. Le succès est tel dans le Sugar and Spice bakery, qu'elle doit bientôt embaucher Jacob pour la seconder, ce qui fait bien son affaire car, malgré ses diplômes, il ne trouve pas de travail. Bientôt Meredith (addict au travail, son surnom : Cruela. Tout est dit.), Rebecca (qui vient de se faire larguer par son goujat de petit-ami) et Stanley (veuf tout frais) vont aussi fréquenter régulièrement le café... ça tombe bien, ce sont exactement les personnes dont elle doit s'occuper!

J'aime lire des histoires de Noël à Noël (notez la logique), de belles histoires dans l'esprit de Noël et tant pis si ce n'est pas crédible, tant pis si ça déborde de miel et de sucre, tant pis, tant pis, tant que c'est Noël et que c'est douillet (surtout cette année!) ! Ce roman correspond tout à fait à ce que j'attendais : Des gens normaux un peu déprimés, faut le dire, mais à qui on injecte juste l'épice nécessaire pour les rebooster et leur faire passer un Noël plus joyeux qu'ils n'auraient pu l'espérer.

trio with trees 600 (2)

Il faut dire que les gens dont Natalie choisit de s'occuper ont tous un bon fond, bon à part peut-être Meredith, mais il suffisait juste de le réactiver pour qu'à son tour elle distille un peu de magie de Noël et surtout qu'elle apprenne à profiter de cette période coocconing.

Et ça marche, pour les personnages et pour les lecteurs ! Surtout que tout gravite autour de ce café si chaleureux, douillet avec la bonne odeur des pâtisseries, de Noël ou pas! Ça donne envie d'ouvrir un livre de recettes et de se mettre à cuisiner tous ces petits gâteaux à la bonne odeur de Noël.

J'ai beaucoup aimé ce livre, plein de douceur, de bonne humeur et de bons sentiments de Noël. Les personnages sont attachants et touchants et Natalie n'a rien de la bonne fée à laquelle on pourrait s'attendre dans ce genre de livre, malgré ses 300 ans... Bien sûr elle effectue son boulot à merveille mais elle reste tout à fait humaine.... comme quoi, chacun peut distiller l'esprit de Noël et rendre cette période plus douce à certains juste avec de simple gestes de gentillesses.

Je découvre en tapant mon billet que ce roman est auto-édité, je n'aurais jamais cru ! Je me garde le tome 2, Return of the Christmas Spirit pour l'année prochaine ! (même si j'espère avoir moins besoin de cet genre de lectures en fin d'année prochaine...)

Joyeux Noël à tous ! (même si c'est un peu tard...)

!cid_ii_iggbnbwr0_150c2664b54fd753

Posté par Cryssilda à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,