Voyager... Lire...

03 août 2017

"L'homme-dé" de Luke RHINEHART

homme-dé

L'homme-dé de Luke Rhinehart

Traduit de l'anglais par James du Mourier 

Éditions de l'Oliver, 1995, 521 pages

Luke est un éminent psychanalyste new-yorkais. Il vit avec sa femme et leur deux jeunes enfants. Une nuit, après une soirée bien arrosée, il décide de tenter une nouvelle expérience et laisse un dé décider de ce qu'il va faire : aller sagement rejoindre sa femme, où aller frapper à la porte de sa voisine (accessoirement la femme de son meilleur ami) pour la violer. Ce sera le déclic pour lui, à partir de ce moment, il va transformer sa vie en un véritable jeu de hasard, lançant les dés pour chaque décision qu'il doit prendre, triviale ou pas. Bien sûr, ce choix de vie va le plonger dans des situations incongrues et souvent malsaines, d'autant plus qu'il exercera désormais son métier en suivant le bon vouloir des points qui apparaîtront sur son dé. La dé-vie commence, il se considère lui-même comme un homme-dé, emportant dans son sillon toujours plus d'adeptes.

Pourtant, même si les dés décident pour lui, il reste en quelque sorte maître de son hasard, c'est en effet lui qui décide des options qu'il met en jeu avant chaque lancé de dé. Plus le roman va avancer, plus Luke sera attiré par le danger, proposant aux dés des scénarios qui n'auront de cesse de le plonger dans des situations inextricables... Mais peu importe, le dé lui proposera quoiqu'il arrive la prochaine conduite à suivre !

Ce livre est tout bonnement hallucinant ! J'ai aimé suivre la folie de Luke qui n'hésite pas à se mettre en danger pour se sentir plus libre, la normalité et la moralité n'ayant plus leur mot à dire dans cette vie dé-vouée au hasard. C'est un roman qui ne ressemble à aucun autre, que l'on regarde parfois d'un oeil détaché devant tant de bêtises mais qui n'a de cesse de nous fasciner et de nous faire tourner les pages pour voir jusqu'où toute cette folie ira ! D'autant plus que l'auteur s'amuse à nous glisser, mine de rien, des indices sur ses futures exploits. C'est un roman exigent mais pourtant très agréable et très fluide à lire. Luke est un impétueux narrateur rempli d'humour, ses choix peuvent être aussi malsains qu'hillarants. Je n'oublierai jamais "la grande évasion"! Haha ! Il y a néanmoins quelques longueurs quand les personnages s'engagent dans des discussions trop psychologiques, mais cela ne dure jamais très longtemps.

J'ai découvert ce roman grâce à mon gorille littéraire (qui m'avait déjà fait découvrir Les Liaisons dangereuses) et je suis encore toute estomaquée de n'avoir jamais entendu parlé de ce roman auparavant. Ce livre est une OVNI littéraire que tout lecteur s'intéressant à la littérature et au travail purement littéraire devrait lire. 

Enfin, petit coup de gueule contre les éditions de l'Olivier... ce n'est pas possible de laisser passer autant de coquilles, en particulier sur le mot "bite" (il faut appeler un chat un chat et le roman en parle beaucoup, il faut l'avouer) écrit "bitte" tout au long du roman! Dans cet billet, c'est peut-être la première fois que j'écris ce mot, et pourtant, je sais comment l'écrire ! Bref...

Merci mon gorille :)

les lectures du gorille

Posté par Cryssilda à 21:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 juillet 2017

"Shore" de Sara TAYLOR

9782221145555

Shore de Tara Taylor

Traduit de l'anglais par Patrick Dusoulier

Éditions Robert Laffont - Pavillons, 2016, 337 pages

Shore est un archipel au large de la Virginie, aux États-Unis. Shore, le roman, c'est l'histoire de deux familles un peu oubliées du monde, comme leur archipel, à travers les âges (entre 1876 et 2143). En ouvrant ce livre, on a quelque peu l'impression de lire des nouvelles mais on découvre rapidement les liens qui unissent tous les personnages de cette histoire, un arbre généalogique en début de livre nous aide d'ailleurs beaucoup à suivre l'intrigue et ce qui s'y joue vraiment. Shore, c'est alors le destin souvent tragique de tous ses personnages, qui, coupés du monde, vivent ou survivent avec les drames que la vie peut apporter dans ses moments les plus noirs. Shore, c'est également des gens, souvent des femmes, qui veulent se construire un destin et ne pas rester pourrir sur l'archipel. Un archipel magnifique par ailleurs, mais synonyme d'enfermement et de solitude, solitude face aux problèmes et dont les personnages, malgré leur envie de nouveaux horizons, ne peuvent souvent pas se résoudre à quitter. Shore, c'est un roman empli de magie et de mythes, avec des personnages singuliers. Le mythe, très présent ici, n'est pas sans rappeler la découverte du continent et les racines de la société américaine, la présence des amérindiens qui hante les lieux.

DSC_0063

Shore, c'est un livre dans lequel une petite fille est obligée de tuer son père pour survivre, où on peut faire des figure avec le vent et appeler la pluie quand cela est nécessaire. C'est un livre sur la condition de la femme à travers les âges et leur refus de se soumettre aux hommes. Les deux familles dont il est question ici sont des familles à vif, écorchées. La rudesse du quotidien sur l'archipel semble retomber sur les personnages qui doivent luter, générations après générations, pour survivre dignement, comme des êtres humains.

Avec ses chevaux sauvages et ses longues plages retirées, Shore apparaît comme la dernière terre encore préservée de la main des hommes, la nature ne se laisse pas apprivoiser, et c'est d'ailleurs, plus le monde se détériore, le seule refuge qu'il restera. 

J'ai beaucoup aimé ce roman, j'ai été d'entrée happée par les personnages, l'ambiance sauvage et majestueuse de l'archipel, les destins tragiques et la force des personnages, la magie des lieux et de certaines situations, la réflexion profonde sur le monde, sur la condition humaine et sur la sauvagerie dont sont capables certains.

Le style est épatant, surtout quand on sait que c'est le premier roman seulement de Sara Taylor. La trame est ambitieuse mais l'auteur parvient à ne pas se perdre parmi la multitude des personnages et lie leurs histoires avec subtilité, finesse et intelligence. 

C'est un très beau roman et un auteur à suivre sans conteste, de plus, j'ai adoré voyager à sur les plages sauvages de Shore. Cela fait maintenant parti des lieux que je veux visiter absolument.

chincoteague2

Voici également le seizième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

Posté par Cryssilda à 21:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2017

Mois Anglais 2017 : Mon bilan !

weareopen3

Le mois anglais est terminé depuis plus d'un quinzaine de jours maintenant, il est alors grand temps que je dresse mon bilan pour cette édition 2017 !

(mais ça se sent, c'est les vacances et j'ai comme une flemme de blog.... Oui quand j'ai trop de travail, je ne blogue pas, et quand je suis en vacances, je suis flemmarde. C'est compliqué!)

Bref, un petit mois anglais pour moi cette année car le mois de juin est toujours un mois très chargé quand on est prof. 

Je n'ai lu que sept romans anglais....

  1. Alfred et Emily de Doris Lessing : Un beau retour aux sources pour moi et une grand envie de me replonger dans son oeuvre !
  2. La couleur du lait de Nell Leyshon : Je n'attendais pas grand chose de ce roman et ce fut une véritable belle (et ignoble!) surprise.
  3. Roxana de Daniel Defoe : Une réconciliation entre l'auteur et moi et une amusante lecture d'agreg! (les deux sont compatibles, oui oui !)
  4. The New Madgalen de Wilkie Collins : Comme quoi, même les barbus peuvent nous décevoir un jour. Mais quand j'aime, je ne suis pas rancunière.
  5. Agnès Grey de Anne Brontë : Comme quoi, même les victoriennes peuvent nous décevoir un jour...
  6. Les filles de Hallows Farm de Angela Huth : Je continue ma découverte de cet auteur et entre nous, cela ne va pas s'arrêter là!
  7. The Lost Stradivarius de John Meade Falkner : Je n'ai pas vérifié s'il était barbu, mais il est victorien et, de toutes façons, je les aime ces victoriens ! Une très belle découverte enrobée de musique. (Rho, je viens de vérifier, pas de barbe, juste une p'tite moustache!) Il faudra que je lise Moonfleet pour le prochain mois anglais, même si j'ai bien l'impression que c'est une sombre histoire de pirates...

Je vous ai parlé de Broadchurch (qui rassemblait deux Docteur Who, YOUHOU !) mais n'ai malheureusement pas eu le temps d'évoquer le ténébreux Poldark. 

Même si je n'ai pas pu m'y plonger comme j'en aurais eu envie, ce fut une nouvelle fois un très beau mois anglais et un nouveau gros succès sur la blogosphère GRÂCE A VOUS ! Alors un grand merci pour votre fidélité à ce rendez-vous annuel et pour votre enthousiasme sans faille !

Un grand merci également à ma copine-complice Lou ! :-)

Je vous souhaite un très bel été à tous et vous donne rendez-vous l'année prochaine pour de prochaines Englisheries !

Je vous donne également rendez-vous plus froidement en fin d'année pour une seconde édition de Décembre Nordique.

Posté par Cryssilda à 20:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

"The Lost Stradivarius" de John Meade FALKNER

the lost stradivarius

The Lost Stradivarius de John Meade Falkner

Kindle Éditions, 1895, 296 pages

John est un riche et brillant étudiant. Il vit à Oxford et se passionne pour la musique, en particulier, il aime jouer du violon, le soir, avec son meilleur ami. Mais, chaque fois qu'ils terminent de jouer leur air préféré, un fauteuil en osier se met à grincer, comme si quelqu'un se levait pour quitter la pièce, alors qu'ils sont seuls... Un jour, John découvre une porte cachée sur la cloison de sa chambre d'étudiant, à l'intérieur du placard, il trouve un vieux violon d'époque, fabriqué par l'illustre Stradivari. Sa frénésie de violon va alors aller crescendo. Il se marrie avec Constance, son amie d'enfance qu'il aime à la folie, la jeune femme va bientôt lui donner un fils. Bref, tout semble sourire à John et pourtant il devient de plus en plus lunatique, distant, fuyant, en proie à des frayeurs inexpliquées. Leur lune de miel est un fiasco, il décide d'ailleurs de repartir seul en Italie dès son retour. Son état de santé et son humeur vont dorénavant être de plus en plus maladifs...

C'est un fait une histoire de fantôme et de possession que nous raconte ce livre. John jouant de son violon semble attirer la présence d'un vieil anglais au destin tragique. Petit à petit, John perd son emprise sur son âme et sur son corps. Le violon tourne à l'obsession, le jeune homme perd pied.

L'histoire nous est racontée par Sophy, la soeur de John, dans une lettre qu'elle adresse à Edward, le fils de John alors qu'il est maintenant jeune adulte, pour lui raconter l'étrange histoire de son père. Puis, Sophy laisse place au meilleur ami de John qui conclue le récit. Ce roman s'inscrit alors tout à fait dans la tradition victorienne reprenant ainsi le thème des fantômes, de l'étrange et du récit surnaturel qui nous est raconté selon différents points de vue, à la recherche de la vérité.

J'ai beaucoup aimé ce récit qui n'est pas sans rappeler les histoires de Wilkie Collins. On y retrouve ici une ambiance toute victorienne de mystère et de surnaturel qui embarque efficacement le lecteur. J'ai bien aimé également le rapport du personnage à la musique et la façon dont celle-ci accompagne tout le récit. Il est dommage que le morceau auquel il est fait référence tout au long du livre n'existe pas, j'aurais bien aimé accompagner ma lecture de quelques notes de violon.

Voici ma dernière lecture dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'ai organisé avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin et qui prend fin aujourd'hui.

Vous pouvez retrouver le récapitulatif des billets de nos participants ICI.

weareopen3

Voici également le quinzième livre de l'année sorti de ma vieille PAL  (kindle) pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

27 juin 2017

"Les filles de Hallows Farm" de Angela HUTH

CVT_Les-Filles-de-Hallows-Farm_5855

Les filles de Hallows Farm de Angela Huth

Traduit de l'anglais par Christiane Armandet et Anne Bruneau

Éditions Folio, 1994, 557 pages

En 1941, la guerre bat son plein. Pour palier au manque de main d'oeuvre masculine occupée sur le front, les femmes remplacent les hommes dans les exploitations agricoles. Prue, Stella et Ag se portent alors volontaires pour soutenir l'effort de guerre et rejoignent Hallows Farm et la famille Lawrence pour travailler à la ferme dans le Dorset. Les trois jeunes femmes sont de pure citadines, toutes trois bien différentes néanmoins. Prue est la plus effrontée, elle aime séduire, profiter de la vie et des jeunes hommes. Ag est une jeune étudiante en littérature qui rêve de son amour platonique, Desmond. Stella, quant à elle, est amoureuse de Philip, un jeune soldat, et attend patiemment de le revoir. On ne mise pas lourd sur elles à leur arrivée, d'ailleurs Mrs et Mr Lawrence restent sur leur garde à l'arrivée de ce renfort féminin. A la ferme, il y a aussi Joe, le fils des fermiers, qui n'a pas pu rejoindre l'armée à cause de son asthme et Ratty, un vieux voisin employé par la famille Lawrence. L'arrivée des jeunes filles va bouleverser les habitudes des paysans mais bien vite, leur travail se révélera irréprochable.

La présence des jeunes femmes n'est pas des plus naturelles pour les hommes un peu bourrus de la ferme. Mr Lawrence, Ratty et Joe ont un peu de mal à trouver leur marque au milieu de ses trois travailleuses pleines d'énergie et de bonne humeur. Une ambiance qui tranche sacrément avec les tâches ingrates quotidiennes et la rumeur de la guerre qui les entourent. Les hommes s'en trouvent tout émoustillés, il faut dire qu'avec la personnalité de ces trois jeunes femmes, chacun d'entre eux peut y trouver son compte. 

Ce roman est alors celui d'une rencontre entre deux mondes, entre des gens qui n'auraient jamais dû cohabiter si la guerre n'avait pas éclaté, des gens qui se découvrent et apprennent à se connaître. Loin de chez elles, face à la nature, les filles découvriront leur limites et entament un voyage qui leur permet de se découvrir elles-mêmes. Il en va de même avec Joe qui trouve son quotidien totalement chamboulé à l'arrivée des jeunes femmes. Il réalise que la vie, même si l'armée n'a pas voulu de lui, ne se résume pas à la vie à la ferme, entouré de gens qu'il a côtoyés toute sa vie. Pour tous les personnages de ce roman, leur rencontre est synonyme de profondeur humaine et de réconfort, chacun s'apprivoisant petit à petit.

Voici un beau roman sur la guerre, pas celle du front et des batailles mais celle des gens qui ont, comme ils ont pu, soutenu leur pays et la liberté tout en essayant de survivre dignement malgré les nouvelles des horreurs qui leur arrivaient par la radio.

C'est mon deuxième roman d'Angela Huth et encore une fois la magie a opéré. L'auteur est douée pour retranscrire les ambiances. Tout comme dans Quand rentrent les marins (un coup de coeur!), on ne peut pas dire que l'action est palpitante, le rythme est assez lent mais on a vraiment l'impression de vivre avec les personnages, s'enthousiasmant et s'émouvant avec eux. J'ai adoré suivre les trois jeunes femmes à Hallows Farm mais j'ai aussi beaucoup apprécié rencontrer les autres personnages. Ce roman n'est pas loin d'un coup de coeur, dommage que la fin soit un peu trop guimauve à mon goût... ça a gâché un peu la fin de ma lecture (et m'a un peu déçue...) mais c'est quand même du très bon, et c'est sûr, je vais lire tout Angela Huth !

Livre lu dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

weareopen3

Voici également le quatorzième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

Posté par Cryssilda à 18:59 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 juin 2017

Broadchurch (série) - Saisons 1 et 2

a426da8a58fdcee53355908e1921f723-1475063799

Broadchurch - Saisons 1 et 2 

Série anglaise de Chris Chibnall (2013)

Avec David Tennant, Olivia Colman, Jodie Whittaker, Andrew Buchan...

Dany Latimer, un jeune garçon d'une dizaine d'années, est trouvé mort un matin sur une plage face aux falaises. On pense d'abord à un suicide mais de nombreux indices poussent les enquêteurs à entamer une enquête pour meurtre. La petite communauté de Broadchurh est en émoi. C'est une toute petite ville et tout le monde se connaît. L'assassin, s'il vit ici est forcément un proche de la famille Latimer ou une connaissance de longue date. Ellie (Olivia Colman), flic de son état, rentre de vacances la veille du meurtre. On lui colle l'inspecteur Alec Hardy (David Tennant) pour mener l'enquête. Alec a tout du flic paumé qui peuple les romans policiers britanniques : Pas alcoolique mais paumé, divorcé et qui traîne les fantômes de ses précédentes enquêtes qui n'ont pas forcément été couronnées de succès. Ellie, elle, a vécu toute sa vie à Broadchurch, c'est également l'une des meilleures amies de la famille Latimer. Difficile alors pour elle de suivre l'enquête avec la distance affective qu'elle devrait.

Pour moi, Davide Tennant c'est Dr Who et Blackpool.... autant vous dire qu'après l'avoir effectivement vu joué dans Blackpool, sa crédibilité en tant que flic est mise à rude épreuve... J'ai alors bien traîné pour me plonger dans Broadchurch et, vu que j'ai maintenant Netflix (et plus de vie), j'ai décidé de mettre un épisode, pour voir... Hé bien j'ai vu et j'ai continué, puis j'ai enchaîné directement sur la deuxième saison ! (vivement que la troisième arrive sur netflix!)

J'ai beaucoup aimé cette série policière mais crédible. C'est une enquête mais avant tout une plongée dans une communauté mise à rude épreuve. On retrouve ici des paysages majestueux de bord de mer ainsi que l'ambiance bien typique des villages anglais que l'on aime tant, nous, lecteurs du mois anglais.

Les deux flics sont convaincants. Alec n'est pas juste le stéréotype du flic paumé que l'on met là pour la forme mais est un personnage attachant et profond. David Tennant est parfait dans ce rôle, plus dramatique et plus sérieux que dans tout ce que j'ai vu de lui précédemment. La relation entre les deux policiers n'est pas des plus facile mais c'est également ce qui fait le charme de la série.

La saison 2 n'est pas décevante non plus. J'ai toujours peur avec les séries policières en plusieurs saisons. Ici ça aurait été de mauvais ton d'enchainer sur un nouveau meurtre (alors que c'est un événement bien exceptionnel dans le village) mais ça continue sur l'histoire de la première saison et j'ai beaucoup apprécié ce choix.

J'attends la saison 3 avec grand impatience et juste pour le plaisir des yeux, une image des falaise de Bridport (dans le Dorset) où a été tournée la série.

England-Dorset-Bridport-W-014

Série regardée dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

Et le logo de circonstance :

broadchurch2-photo2

Posté par Cryssilda à 21:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juin 2017

"Agnes Grey" de Anne BRONTË

agnes grey

Agnes Grey de Anne Brontë

Kindle Éditions, 1847, 400 pages

Agnes vit avec sa famille, ses parents et sa soeur, dans le presbytère d'une petite ville. Elle se sent inutile et décide d'aider sa famille en se proposant comme gouvernante. D'autant plus que sa famille ne roule pas sur l'or et doit compter la moindre dépense. Elle commence sa carrière dans la famille Bloomfield et découvre que l'emploi de gouvernante n'est pas de tout repos ! Elle se laisse dépasser par les enfants dont elle doit s'occuper, progéniture pourrie gâtée par ses parents, encouragés à devenir des démons par leur famille (ils aiment à torturer les animaux, ce qui brise le coeur de la jeune Agnes.) C'est le bazar pendant les études, les enfants n'apprennent rien, Agnes est remerciée au bout de quelques mois. Elle fille alors s'occuper de la famille Murray, les enfants sont plus âgés ou sont bien vite envoyés au collège. Elle se plaît un peu plus dans cette famille mais les deux jeunes dames de la maison sont de véritables garces, s'amusant à manipuler les jeunes hommes alentour, juste pour égayer un peu leur quotidien. Agnes n'a que quelques années de plus que les deux jeunes femmes, ce qui va créer de sacrées rivalités entre elles. 

Je me réjouissais de lire ce roman mais je me suis encore une fois beaucoup ennuyée (deux mauvaises pioches à la suite, d'autant plus quand on n'a pas le temps de lire beaucoup, c'est rude!). J'ai maintenant lu au moins un roman de chaque soeur Brontë mais force est de constater que la seule qui parvient réellement à m'embarquer est Emily.

Ce roman a un petit air de Jane Austen, et pour moi, c'est pas vraiment vraiment un compliment. Agnes Grey est un roman bien bavard (oui, je n'aime pas les romans bavards!). En première partie du livre, je me suis énervée à la suivre dans ses déboires avec les enfants qui n'était pas loin de me rappeler les problèmes que l'on peut rencontrer au collège. Mais la pauvre n'est pas totalement responsable de ses difficultés. Anne Brontë a elle aussi été gouvernante et elle pointe ici, du doigt, la bêtise des parents bourgeois à élever leurs enfants dans un cocon et à leur passer leur moindre de caprices. Alors, forcément, c'est loin d'être simple pour Agnes.

Lorsque Agnes arrive chez les Murray, c'est le côté bavardages entre filles à la Jane Austen qui m'a fortement agacée. Les jeunes filles dragouillent, séduisent, se créent des intrigues, et moi, ce genre d'histoires, ça m'ennuie.

Et puis, le roman est écrit sous forme de journal de la jeune Agnes, et ce côté journal la plonge bien trop souvent dans l'introspection et l'apitoiement... cela aussi m'a dérangée.

Bref, à chaque fois que j'ouvre un roman des soeurs Brontë, j'espère retrouver l'enchantement de Les hauts de Hurlevent et ça n'a encore malheureusement pas été le cas ici.

Livre lu dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

weareopen3

Voici également le treizième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

14 juin 2017

"The New Magdalen" de Wilkie COLLINS

national-portrait-gallery-large-image-npg-p497-wilkie-collins-1393187644_b

The New Magdalen de Wilkie Collins

246 pages, 1873

Mercy Merrick se trouve sur le front français, dans le rang des infirmières, pendant la guerre de 1870 entre la France et l'Allemange. Une jeune anglaise voyageuse, trouve refuge dans son abri parmi les blessés. Elle s'appelle Grace Roseberry. Celle-ci vient de perdre son père et cherche à rejoindre l'Angleterre auprès de Lady Janet à laquelle son père la recommandée avant de mourir. Le village est attaqué et Grace est fatalement blessée à la tête. Mercy, une femme perdue, la laisse pour morte et décide de prendre son identité et sa position auprès de Lady Janet à Londres. Tout va bien, elle goûte à la respectabilité à laquelle elle aspire pendant quelques mois paisibles. Un jour, on apprend qu'une jeune folle a été sauvée dans un hôpital allemand et qu'elle prétend s'appeler Grace Roseberry... et débarque à Londres pour plaider sa cause.

On retrouve ici les thèmes que Wilkie aime exploiter. Tout d'abord celui des femmes perdues contre celles qui héritent de la respectabilité en même temps que de soin nom. Mais ici, Wilkie veut dénoncer cet ordre établi et montrer que la position sociale n'est pas forcément gage de vertu et d'humanité. En effet, le personnage le plus attachant parmi les deux femmes n'est certainement pas Grace, malgré son prénom.

Nous retrouvons ensuite le thème de la manipulation des identités qui mène, comme c'est l'habitude chez Wilkie, a de gros quiproquos et qui forment le noeud de l'intrigue du roman. Mercy doit bientôt se marier sous le nom de Grace, elle s'est tranquillement installée dans un milieu et a évolué parmi des gens qui se sont attachés à elle, pour sa personnalité (comme Lady Janet) mais également pour son nom et sa position. Forcément, quand on commence à découvrir qui est la vraie Grace, ça va poser problème pour les gens qui disaient aimer profondément la jeune femme.

Cela semble intéressant, comme ça, quand on résume le roman mais je dois avouer que je me suis passablement ennuyée à la lecture de ce livre. Mercy tourne en rond, se pose trop de questions, Lady Janet se félicite de retarder tout dénouement. Grace, elle, est la seule qui ne supporte pas ce stand-by, ce qui la rend plutôt antipathique... mais en même temps, heureusement qu'elle fait bouger les choses avec ses gros sabots !

Bon voilà, ça arrive, parfois Wilkie me déçoit.... mais comme toujours, je lui pardonne.

Livre lu pour la LC du jour consacrée aux "Victoriens" dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

large

Voici également le douzième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

07 juin 2017

"Roxana : The Fortunate Mistress" de Daniel DEFOE

ROX1

Roxana : The Fortunate Mistress de Daniel Defoe

Kindle Editions, 1724, 400 pages

Un beau jour, Roxana est abandonnée par son fauché de mari avec ses trois (ou quatre) enfants. Elle ne s'en sort plus, il ne parvient plus à payer son loyer et à les nourrir. Sa seule solution est alors d'abandonner ses bébés, qu'elle refile grâce à sa fidèle compagne Amy à la famille de son mari disparu. Elle file alors avec le propriétaire de son logement qui semble d'un premier abord vouloir profiter de sa situation de femme faible dans le besoin. Mais, à la surprise de tous (enfin à la mienne), ils vivent le parfait amour pendant de longues années. Ses élans amoureux la mèneront alors à Paris où elle vivra la grande vie avec son amoureux, qu'elle partagera bien volontiers avec sa bonne. C'est un riche orfèvre et il sera assassiné alors qu'il est en chemin pour rendre visite au roi. Jusqu'à présent, à Paris, on pensait Roxana mariée avec son cher Mr.... mais elle, elle le sait bien, elle n'est qu'une femme de petite vertu vivant dans le péché. Alors, son bon ami mort, elle décide de profiter de l'attrait qu'elle exerce sur la gente masculine et en particulier sur son cher Prince de**** qui lui saute dessus à peine l'orfèvre refroidi. Là, avec lui, elle va pondre des bébés, un ou deux. Mais là n'est pas l'important, elle va s'amuser à faire de nombreuses galipettes avec lui, et parfois, ben, comme de tradition, elle va le prêter à Amy, toujours prête à rendre service ! La bonne vieille Amy... Le prince va, au bout de six ans, perdre tout intérêt pour Roxana. Va oublier ses bébés aussi, Roxana les a déjà bien oubliés elle-même. Elle se sent un peu seule, du coup, notre courtisane ! Alors elle va rendre fou un riche marchand Hollandais. Et faire des bébés, au moins un.

Roxana, c'est le récit de la vie d'une femme perdue, parfois prise de tourments et de remords mais qui ne peut s'empêcher de vivre une vie de luxure et de faire des bébés. Des bébés, il y en a, j'ai perdu le compte... Et on ne sait pas bien ce qu'ils deviennent, ces pauvres petits ! Parfois, elle se souvient d'eux, mais pas de tous, comme nous, elle a perdu le compte ! 

J'avais tellement détesté Robinson Crusoe que j'avais de sacrées sueurs froides à me lancer dans Roxana quand j'ai appris qu'elle était au programme de l'agrégation. Alors, pour me donner du courage (???) j'ai décidé de commencer par celui-ci, de souffrir, d'être prise de tremblements d'ennui (oui...) à avoir envie de jeter mon kindle au feu ! (bon, je suis pathétique, j'ai une cheminée électrique... et ça rebondit!) Bref, j'ai commencé par Roxana et, oh! Stupeur ! Je me suis beaucoup amusée ! 

Roxana a une logique bien à elle, puisque c'est une femme perdue, autant y aller jusqu'au bout, jusqu'au plus profond d'elle (haha, désolée...). Elle aligne les amants, elle provoque les mâles en chaleur par ses danses endiablées ! Elle fait des bébés, beaucoup de bébés qu'elle remise, on ne sait pas trop où, bien rapidement. Pis elle galipette de nouveau, même si elle se passerait bien des bébés au bout d'un moment, mais que voulez-vous, c'est que ça va avec les galipettes ! Parfois, enfin une fois, elle craint pour sa vie elle se repent, avec Amy, elle jure, c'est sûre, que si elle s'en sort, elle ne se risquera plus à se retrouver dans la situation de faire des bébés, une femme rangée qu'elle sera ! Plus de galipettes, même si quand même, elle aime bien ça ! Elle s'en sort, elle aime trop ça. Bref.

Voici alors un roman qui m'a réconciliée avec Defoe. Roxana m'a fait halluciner et m'a également beaucoup amusée ! Heureusement que ce n'est qu'un roman, car elle abuse quand même. Des bébés en veux-tu, en voilà ! (oui, MOI, je me suis quand même beaucoup inquiétée pour eux, tout au long du roman ! Mais qu'en faisait-elle ?!?!) Et puis, nous on la voit bien vieillir cette bonne vieille Roxana ! On l'imagine après ces nombreuses maternités... et qui se vante d'avoir toujours son corps de jeune fille à cinquante ans ! Haha ! Elle est pathétique mais tellement marrante ! Jamais aussi marrante que lorsqu'elle se repent quand elle croit ses derniers jours venus pour reprendre ses fulgureuses aventures de plus belle dès le danger écarté !

En dehors des bébés et de sa logique hallucinante, elle nous agace également cette bonne vieille Roxana ! Ooooh que je suis une femme perdue et que je ne mérite pas cet amouuuuur ! OOooh que je vais plutôt vivre dans le pécher (et faire disparaître un bébé, hop!) parce que de toutes façons je suis une femme perdue !!! Oh mais tiens, si je changeais d'avis? Oh et encore une fois ? Oh ?! Mais pourquoi donc me déteste-t-il ?!

Bref, c'est jubilatoire ! Même si parfois un peu longuet et répétitif, le style est étonnamment très parlé alors que l'on sent un réel travail de l'auteur derrière le texte. Entre la morale trop trop trop extrême de Robinson, je dois dire que je préfère mille fois au moins la libertine Roxana. Marante, fofolle, libérée, volage et inconstante.

A noter qu'on ne PEUT toute bonnement pas lire ce roman sans avoir la chanson de Sting dans la tête (et là encore maintenant.... Roxane, you don't have to put on the red light.... na na na na na!), surtout que cette chanson parle d'une prostituée, elle aussi ! Mais non, j'ai fait des recherches, je suis une fille sérieuse, Sting ne s'est absolument pas inspiré du roman de Defoe pour sa chanson (quand même, j'aurais aimé!). Il a écrit sa chanson à Paris et il a choisit son titre en tombant sur l'affiche d'une représentation de Cyrano de Bergerac. Bon ça me plaît aussi, mais Defoe, ça aurait mieux collé avec ma lecture, quand même !

Bref, pour l'agrégation, je ferai mieux que ce billet... Enfin j'espère ! Haha !

Livre lu dans le cadre du Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

large

Posté par Cryssilda à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2017

"La couleur du lait" de Nell LEYSHON

la couleur du lair

La couleur du lait de Nell Leyshon

Traduit de l'anglais par Karine Lalechère

Éditions 10/18, 2012, 187 pages

Mary vit avec ses deux soeurs, ses parents et son grand-père dans une ferme misérable du Dorset. Nous sommes en 1831. Un beau jour, son père décide de l'envoyer travailler dans la maison du pasteur Graham. C'est un bon investissement pour lui, Mary est la moins productive dans la ferme avec sa patte folle, sans compter qu'il pourra embaucher le salaire de la jeune fille de quinze ans. Mary quitte alors le monde bourru et terre à terre de sa famille pour le raffinement de la vie au presbytère. Mary va rapidement se lier d'amitié avec la femme du pasteur Graham, très malade.

C'est Mary qui nous raconte son récit, Mary, quitte à être loin de sa famille, décide d'en tirer parti et d'obtenir un minimum d'éducation grâce au pasteur qui s'entête à lui apprendre à lire la Bible. Mais, le style de Mary fait peur au premier abord. J'ai lu les premières lignes, sans majuscule, sans ponctuation et je suis allée directement vers la fin du livre pour moi si tout le livre était écrit de la même façon... et c'était bien le cas ! J'avoue m'être demandé si j'allais être capable d'aller au bout mais finalement ça passe bien et on s'habitue rapidement à la narration de Mary. C'est souvent bien amusant d'ailleurs, Mary est simple et pragmatique, elle ne s'embête pas avec les formules de politesse et les conventions, elle parle sans filtre et dit ce qui lui passe par la tête si cela lui semble juste. Évidemment dans une maison convenable anglaise de l'époque, ça fait mauvais genre ! Mais la famille du pasteur s'attache rapidement à la jeune fille qui les amuse et les intrigue.

Même si on sourit, ce n'est pas non plus une comédie, Mary prend la plume pour raconter son histoire. Elle est très claire dès le départ, elle veut témoigner, nous dire la vérité et on se doute qu'il y a eu un gros problème au cours de son séjour au presbytère.

Une lecture que j'ai beaucoup appréciée. Malgré le style, j'ai totalement embarqué dans l'histoire de Mary. J'ai aimé son franc parlé et ses remarques terre à terre dans un monde qu'elle ne connaît pas et ne comprend pas. C'est un agréable voyage dans la campagne anglaise de 1831.

Livre lu dans la cadre de la LC du jour consacrée à "La campagne anglaise" pour le Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

large

Voici également le onzième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal

Posté par Cryssilda à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,