Jane_EyreJane Eyre de Charlotte Brontë

 

Une jeune femme, Jane Eyre, se retrouve orpheline et élevée par la femme de son oncle maternelle. Vite reniée, elle se retrouve dans une pension d’où elle doit tirer ses épingles du jeu pour devenir quelqu’un de convenable et subvenir à ses besoins. D’abord institutrice dans cette même pension, elle décide de voir d’autres horizons et postule pour un poste d’institutrice dans une famille. Rencontrant son nouveau Maître, Mr Rochester dont elle tombe amoureuse, son destin va se trouver irrémédiablement changé.

Charlotte Brontë, tout comme l’a fait sa sœur Emily dans Wuthering Heights (Les Hauts de Hurlevent), nous plonge dans l’univers qu’elle connaît bien : l’ennuie, la solitude, l’étude pour employer à bien son temps...

Elle nous fait une peinture détonante de la Société Victorienne et mettant en scène des personnages de toutes classes sociales et montrant la dure vie de certains milieux.

Chaque personnage est emblématique de la période, bien que Charlotte tende à idéaliser les couches les plus pauvres en les décrivant comme des personnages pleins de bonté, les riches étant toujours superficiels et froids.

Nous apprenons que les liens familiaux ne sont pas les plus forts et la qualité de chacun est appréciée selon ce qu’il vaut en or : Jane, sans parents et sans héritage devient donc pour les membres de sa famille une charge, un poids pour lequel on doit payer sans que cela ne rapporte rien.

Les gens d’une condition plus humble ont une plus grande générosité, ont le cœur sur la main, prêts à partager ce qu’ils n’ont pas, car dans la misère tout le monde est égal et tout le monde doit s’entraider.

C'est un très bon roman mais qui tombe parfois dans les clichés (surtout les passages abordants les relations amoureuses)

Cryssilda

Drapeau_angleterre