De_pierre_et_de_cendreDe Pierre et de Cendre de Linda Newbery

Editions Phébus, 398 pages

Publication : 2006

Voici un livre qui m'intriguait après que Lilly et Lou n'apposent le nom de Wilkie Collins à côté de ce titre, et moi, il ne m'en faut pas plus pour me ruer sur un livre!

Le livre part donc d'une situation analogue à La Dame en Blanc de Wilkie Collins : Un professeur de dessin, deux jeunes filles à éduquer, une mystérieuse rencontre avec une dame en blanc dans la nuit, une maison et une famille majestueuses, des mystères et des secrets. Alors sincèrement, j'ai eu un peu peur au début du livre... Je me demandais si ça n'allait pas être un remachage / recopiage du chef d'oeuvre de Wilkie (ouais, rien de moins! Ahaha, mauvaise foi quand tu nous tiens, ce n'est absolument pas mon préféré!).

Mais bon, reprenons... Samuel Godwin est embauché par Mr Farrow comme percepteur au domaine de Fourwinds pour deux jeunes femmes : Marianne et Juliana. Elles ont perdu leur mère depuis peu, et chacune montre une certaine faiblesse psychologique. Juliana revient d'une cure pour soigner ses nerfs, Marianne erre dans la nuit à la recherche du Vent d'ouest. Les vents sont en fait des statues disposées au quatre coins de la propriété, le vent d'ouest manque à l'appel, pourquoi? Dans cette maison vit également la très stricte et très convenable Charlotte, gouvernante et femme de compagnie des jeunes filles.

Voilà le décor auquel vont se greffer plein de mystères, bientôt percés grâce à la ténacité de Samuel et de Charlotte.

On comprend bien que Linda Newbery a très envie de rendre hommage aux auteurs victoriens dans ce roman, et en particulier au maître du genre : Wilkie Collins! Comme il le disait dans La Dame en Blanc "The story here presented will be told by more than one pen [...] to trace the course of one complete series of events, by making the persons who have been most closely connected with them, at each successive stage, relate their own experience, word for word" (en gros il dit que l'histoire va être racontée par plusieurs personnes, pour que chacune donne sa version des évènements tels qu'elle les a vécus). Linda Newbery reprend largement ce procédé, sauf que je trouve la narration un peu plus simple que dans les romans de Wilkie. Chacun prend la parole pour narrer mais dans la continuité de l'histoire, sans laisser trop de suspense. Les personnages semblent découvrir ou révéler les choses au même moment, du coup, même si bien sûr le mystère est là, on a pas vraiment le temps de le ruminer car on nous en présente sa solution très vite (par exemple lorsque Gideon dit à Samuel : "bon ok, je te lâche toute l'histoire, bouge pas", d'accord il ne le dit pas exactement dans ces termes, mais ça m'a donné ce sentiment quand même, de ne pas laisser planer assez l'intrigue).

Mais je critique, je critique, parce qu'elle s'est quand même pas mal appuyée sur Wilkie, donc c'est légitime de comparer un peu... elle l'a cherché quand même! :) Je critique donc, mais j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre! Elle a quand même fait un réel effort pour coller à la période, au style, au vocabulaire, aux thèmes, aux ambiances etc... et contrairement à beaucoup d'autres auteurs, ça marche sans justement que l'on ait cette impression d'imitation maladroite d'un style.

Et vu que ce roman est écrit bien après la période victorienne, Linda Newbery s'est permis de laisser les sentiments et les sens des personnages s'exprimer bien plus que dans un pure roman Victorien. Quand on lit du Victorien, on se demande souvent comment des enfants ont pu naître dans la bonne société, tellement les gens sont convenables jusqu'au bout des ongles! Ici on voit un Samuel qui a bien du mal à se contenir devant la sensualité de la jeune Marianne, ou encore Charlotte qui réalise qu'elle doit mettre sa vie et sa personnalité totalement de côté pour jouer le rôle de gouvernante, qu'il n'y a pas de place pour les sentiments, les émotions etc... car tel n'est pas son rôle.

Seul petit bémol, les dix dernières pages... je déteste les "20 ans plus tard..." et qu'on nous balance comme ça ce que sont devenus les personnages, avec une telle rupture, autant dans le style que dans les personnages... j'aurais préféré ne pas savoir et imaginer moi même.

Un très bon et beau moment de lecture compulsive comme on les aime tant :)

Vous pouvez également lire les avis de Lilly (merci pour le prêt!), de Lou et de Pimpi.

Cryssilda

Lect_d_inspiration_victorienn