maitres_glenmarkie_L_1Les Maîtres de Glenmarkie de Jean-Pierre Ohl

Editions Gallimard, 361 pages

Publication : 2008

Mary Guthrie a toujours été fascinée par Ebenezer Krook, le curé de son village. Proximité oblige, ils vont devenir plutôt intimes. Mary qui entame des études de littérature à Edinbourgh va se trouver étrangement fascinée par Thomas de Glenmarkie, ailleux d'Ebenezer, écrivain à l'imagination farfelue qui passe son temps à inventer des mots. Cet intérêt irraisonné va la plonger dans les mystères du manoir de Glenmarkie et des générations de fantomes qui le peuplent encore.

Ebezener, défroqué  et ivrogne, va se trouver embauché bon gré mal gré par un vieux librairie excentrique. Il va se découvrir en tâtonnant la littérature tandis que Mary s'éloigne des livres pour plonger dans la saga romanesque de personnages atypiques.

J'ai tout d'abord admiré la justesse de l'écriture. Ce roman est écrit par un écrivain français, mais on le croirait écossais. Il parle d'un pays, d'une culture, d'auteurs qu'il connaît par coeur. A aucun moment je n'ai eu l'impression d'un auteur qui essaie de sonner écossais, je m'y croyais tout simplement.

C'est également un auteur qui aime les livres, qui vit pour eux, ça se sent ! On rencontre au cours de notre lecture, un certain Eric Blair, personnage même dans le roman. On ne compte même plus les auteurs auxquels il fait référence, de Walter Scott à Stevenson en passant par Wilkie Collins! Sans parler du personnage même de Ebenezer qui port le prénom d'un personnage bien connu de Dickens (tout simplement parce que sa mère est sa fan number one!). Les grands auteurs britanniques sont très présents dans ce roman, et à chaque fois que le romancier y fait allusion, c'est toujours avec beaucoup de tendresse et de respect.

J'ai beaucoup aimé les personnages de ce roman, tous plus originaux les uns que les autres. Combien de fois ne me suis-je pas retrouvée à sourire dans le RER en lisant les remarques saugrenus de l'un d'entre eux. Beaucoup d'humour et de jeux de mots dans ce livre, un vrai délice de le lire !

Le seul bémol de ce livre pour moi : Le long récit de guerre en Espagne. Même si l'un des soldats est George Orwell, je m'ennuie toujours lorsque je me retrouve au milieu de soldats et de trucs qui explosent. Du coup, je ne sais plus bien ce que je lis, tout devient très flou... du coup je pense bien être passé à côté d'une petite partie du livre.

J'ai donc beaucoup aimé ce livre qui m'a fait voyager et ressentir une atmosphère que j'aime tant. J'ai forcément envie de partir sur l'île de Jura maintenant, et pis de monter là-haut, vers le manoir des Glenmarkie...  Je lirai très certainement le deuxième roman de cet auteur.

Merci à Lou pour son prêt.

Les avis ont foisonné sur les blogs (d'ailleurs j'avais même réussi à noter ce roman deux fois sur ma LAL !) : Lou, choupynette, Ys, Chiffonette, Yueyin, Lilly, Celsmoon... (je dois oublier du monde là, sorry!)

Cryssilda