DSCF8073

Il y a environ deux mois je rencontrai Pascale et nous parlions de l'Ecosse pendant des heures, et de l'Île d'Arran en particulier! Grâce à elle, quelques semaines plus tard, je découvrais la musique de Joanne McIver et Christophe Saunière

et depuis, j'écoute deux de leurs albums au minimum deux fois par jour.

Alors que je préparai Mon Ecosse, et que je contactai des éditeurs, j'eus l'idée d'envoyer un mail à Christophe Saunière afin de vous faire gagner leur CD. Puis de fil en aiguille, je leur ai proposé de répondre à quelques unes de mes questions afin de les présenter un peu sur ce blog...  jusqu'à fini chez eux hier après midi pour une conversation hautement Ecossaise autour d'un thé !

Comme une bonne journaliste du dimanche, je n'avais finalement pas beaucoup de questions à poser, mais ils ont joué le jeu quand même, et voici que je suis en mesure de vous les présenter aujourd'hui.

Vous l'aurez compris, si je parle de ces artistes aujourd'hui, c'est qu'ils ont un fort lien avec l'Ecosse, et surtout avec Arran. Joanne McIver a en effet passé son enfance dans un petit village à proximité de Brodick. Elle était très attirée par la flute traversière lorsqu'elle était petite mais impossible de trouver des cours sur Arran! Ses parents l'on donc inscrite dans un cours de musique où elle a dû faire le choix entre la cornemuse et la caisse claire. Bien sûr la cornemuse l'emporta, finalement, ce n'est pas si éloigné de la flute n'est-ce pas?  Elle a joué dans le groupe de cornemuse de l'île jusqu'à son départ pour Glasgow pour faire ses études lorsqu'elle avait 18 ans. Mais elle n'en a pas oublié la flute pour autant! A l'école secondaire de Lamlash, toujours à Arran, un professeur de musique a commencé à venir fois par semaine, et elle a ainsi pu commencer à apprendre la flute traversière mais aussi le piano. Plus tard, à Glasgow, elle s'est mise à étudier la musique classique mais sans jamais oublier la Cornemuse.

C'est à Glasgow que Christophe Saunière entre en scène. Christophe a commencé à jouer de la harpe celtique en France alors qu'il avait huit ans, pour continuer avec un curçus classique au concervatoire. Puis il a passé, un peu par hasard, un concours pour l'orchestre symphonique d'Ecosse dans lequel il a ensuite joué pendant cinq ans et où il a rencontré Joanne.

Christophe était très intéressé par la Cornemuse, ce qui a poussé Joanne a s'y remettre quelque peu. Tous les deux, ils tentent de monter un petit programme de harpe et de cornemuse en Ecosse. Joanne décide alors de commencer à jouer de la small pipe (une petite cornemuse au son plus doux qui se marie mieux avec la harpe) et à s'essayer dans ses propres compositions musicales largement inspirées par Arran, cette île de son enfance qui commence à lui manquer. D'un programme plus traditionnel au début, les morceaux présents sur leur disques sont, quant à eux, de leur propres compositions.

Joanne joue de la grande cornemuse, de la small pipe (avec un soufflet, ce qui lui permet de chanter en même temps), de la flute traversière et le tit whistle (petite flute irlandaise) alors que Christophe l'accompagne à la harpe.

Les premières compositions sont uniquement musicales comme dans leur premier album Leaving Arran. Dès le second opus, The Darwfie Stone (inspiré d'une légende écossaise du même nom qui raconte la rivalité de deux frères et la trahison) la voix de Joanne McIver  acompagne quelques morceaux pour nous faire survoler survoler les montagnes d'Arran. Cette voix christaline sera de plus en plus présente dans leur albums suivants De Glenfinnan à Glasgow et The three sisters.

Les concerts sont pour eux l'occasion de reprendre quelques airs traditionnels écossais, et parfois même pour Joanne, de chanter quelques chansons en gaélique. Le chant, Joanne y tient, tout d'abord car elle aime chanter, mais aussi parce que c'est une façon de se rapprocher du public, de donner une dimensions plus humaine à leur musique. Ils préparent chacun de leur concert comme une invitation au voyage, il n'est d'ailleurs par rare de recevoir une lettre d'un spectacteur parti à Arran ou en Ecosse après les avoir vus en concert.

Basés en région parisienne, ils se produisent régulièrement en France, mais ce prochain été va être pour eux l'occasion d'une tournée en Ecosse et en Angleterre. Quelques autres pays d'Europe ont déjà pu applaudir le duo, on a pu les entendre en Italie, en Suisse en Belgique et en Allemagne au cours des dernières années.

Ils préfèrent se produire dans des petites salles, plus intimes, pour avoir un rapport plus direct avec le public. Ils aiment également jouer dans les églises, et si possible sans aucun micro ! Ils aspirent à cette proximité avec le public pour être en mesure de leur raconter, comme une confidence, d'où viennent les chansons et de quoi elle parlent, voir l'expression de leur visage et leur réaction face à la musique. Pour prolonger ce voyage avec le public, il n'est pas rare de pouvoir déguster avec eux whisky et shortbreads après les concerts tout en parlant de la somptueuse Ecosse ou de leur musique.

Parfois, il participent à des Ceilidh, bals traditionnels écossais au cours duquel il est souvent possible d'apprendre des danses écossaises. Ils sont toujours partants pour faire découvrir la musique et la culture écossaises, alliant parfois des conférences à leur concert.

Je vous laisse écouter quelques uns de leur morceaux, parfois joyeux (avec mêmes quelques touches jazzy!), d'autres plus mélancoliques mais toujours envoutants, émouvants et entrainants! L'Ecosse s'accroche à chaque note! Et nous aussi, en les écoutant, on se rend compte qu'Arran nous manque!

 

 

Attention ! Leur prochain album sort à la fin de cette année, en attendant, vous pouvez vous tenir informés de l'actualité de Joanne McIver et de Christophe Saunière sur leur site à l'adresse suivante : http://www.mciversauniere.com/

Enfin, je tiens à remercier Joanne McIver et Christophe Saunière pour leur accueil et leur gentillesse !

Discographie :

  • Leaving Arran
  • The Darwfie Stone
  • Ecosse, de Glenfinnan à Glasgow
  • The Three Sisters

Cryssilda