la_fl_che_du_tempsLa flèche du temps de Martin Amis

Editions Folio, 2010 (235 pages)

Tod est un vieux médecin aux Etats Unis, mais ses patients, lorsqu'ils sortent de son cabinet, sont ou bien plus malades, ou bien amochés. C'est que la vie de Tod nous est racontée à l'envers. Ce ne sont pas seulement les chapitres qui nous rapprochent doucement de son enfance, le livre est littéralement raconté à l'envers, ici manger veut dire recracher, la naissance d'un bébé marque le jour où il retourne à l'intérieur de sa mère, les ouvriers détruisent les routes au lieu de les réparer... Par conséquent, pour Tod on commence dans la vie avec des rhumatismes, et au fur et à mesure on retrouve une grande forme. Imaginez que toutes nos actions quotidiennes soient faites totalement à l'envers, et vous aurez l'univers dans lequel évolue Tod.

Même une fois que l'on a compris la logique du roman, il est quand même parfois difficile de suivre, simplement parce que notre cerveau n'est pas du tout habitué à ce que les situations nous soient présentées à l'envers. Que dire des dialogues qui sont écrits en commençant par la dernière phrase ? Tod s'y perd aussi. Il semble habiter son corps et semble suivre sa vie comme un personnage extérieur à toute action. La logique du genre humain lui échappe, ainsi que le sens de la vie, et on le comprend bien. Tout lui semble absurde, illogique et superficiel.

Alors que j'ai eu très peur en lisant les premières pages de ce roman, j'ai été épatée de constater que ça tient la route jusqu'à la dernière ligne, pas une trace d'essoufflement ! J'ai beaucoup aimé cette originalité narrative, cette façons de faire éclater l'absurdité de la vie de Tod en utilisant justement ce procédé absurde.

La présentation des choses fait qu'il y a beaucoup d'humour dans le livre. Mais, comme ça pourrait être le cas lorsque l'on rencontre un vieux monsieur à l'apparence bien gentille, on est quelque peu abasourdi lorsque l'on remonte le temps et que l'on découvre le vrai secret de Tod. Encore une fois l'absurdité et le dégoût nous sautent aux yeux... un sentiment de révolte s'impose également.

Ce fut donc ma première rencontre avec Martin Amis, j'en ai un autre dans ma PAL depuis quelques années maintenant, alors aucun doute que j'y reviendrai, il m'a suffisamment intriguée pour ça !

 

Merci à Lise et aux Editions Folio !