Le voyageur de NoëlLe voyageur de Noëlde Anne Perry

Éditions 10/18, 2006, 150 pages

Dans la régions des lacs, au nord de l'Angleterre, Noël approche. A la sortie d'un récital de musique, Judah décide d'aller se balader dans la lande noire et froide alors que sa femme et son fils rentre sagement se coucher. Judah va glisser au bord d'un chenal et se fracasser le crâne. La famille et les amis sont déjà en route pour fêter Noël avec eux au bord des lacs, à leur arrivée, chacun découvre avec stupeur la mort étrange de Judah.

Il y a des auteurs qui ne nous attirent pas et que l'on ne devrait donc pas s'entêter à lire quand même... Emportée par les blogueurs du mois anglais qui faisaient allusion à Anne Perry, je me suis dit : Allons-y (Allonzo), ses livres de Noël sont courts, c'est d'actualités et c'est anglais ! Et en plus, la bibliothèque en regorge.

J'ai lu ce roman très vite mais avec un peu de cynisme dans l'oeil, voir les deux yeux... L'intrigue n'est qu'une ébauche et on a bien du mal à comprendre comment si rapidement on découvre le responsable de la mort de Judah, alors que dans toute la première partie on est persuadé que c'est quelqu'un d'autre, qu'on y croit dur comme fer, qu'on est prêt à faire sauvagement la peau à l'assassin.... et que vu que l'un des personnages a une illumination et dit : "Mais il est peut-être innocent ! " On se dit : "Ouais ok, cest vrai, alors c'est quelqu'un d'autre et on va trouver qui." (je simplifie, mais pas trop croyez-moi).

Il y a très peu d'indices dans ce roman, alors que je le rappelle, on cherche un meurtrier... d'ailleurs l'auteur prend un détail, et le transforme en indice capitale sous nos yeux éhabis (et incrédules).

Mais, il faut reconnaître, que j'ai aimé l'ambiance du livre... quand je dis ambiance, je parle de la région des lacs et cette atmosphère froide, hivernale et anglaise très bien rendue. C'est ce qui a un peu sauvé le roman à mes yeux.

Résumons donc, pour l'intrigue, Anne Perry repassera et apprendra la signification des mots suspense et crédibilité (le suspense, ça ne veut pas dire répéter l'histoire de la mort de Judah à chaque fois qu'un membre de la famille débarque!). Je ne suis vraiment pas sûre de revenir à cet auteur, même si Lou me dit que les romans de Noël sont tous mauvais et qu'il vaut mieux tenter ses autres livres. Je crois que je n'ai pas envie. Mais ce n'est pas grave, j'ai découvert un auteur et je pourrais maintenant imposer mon opinion si d'aventure quelqu'un veut me parler d'Anne Perry au beau milieu d'un repas de Noël, ce dont je doute sincèrement.

Lu dans le cadre du mois anglais en lecture commune avec mes copines Lou et Mélodie.

402534_10150427365777312_644497311_9085429_2129154385_n