Portes ouvertesPortes ouvertes de Ian Rankin

Editions du Masque, 2011, 330 pages

A Edinburgh, la ville avance à deux vitesses. Il y a ceux qui trament, et les gros salaires qui eux, passent leur temps à s'ennuyer dans cette ville où il ne se passe jamais rien. Mike, 37 ans, a fait fortune avec sa start-up et zone dans son appart avec vue imprenable sur la ville. Robert Gissing est le directeur de l'institut d'art d'Edinburgh, la retraite approche, il a soif de sensations. Allan passe ses journées dans son bureau de la First Caledonian, il s'ennuie ferme également. Alors, pourquoi ne pas s'amuser un peu ? Pourquoi ne pas organiser le casse du siècle pendant les journées portes ouvertes d'Edinburgh ? Pas pour l'argent, non non, mais juste pour pouvoir accrocher sa toile préférée dans son salon ! Leur plan a l'air sans failles ! Sauf qu'ils ont besoin d'aide, d'un truand chevroné par exemple, ou encore d'un étudiant capable de faire des copies parfaites. Difficile ensuite de manager cette équipe hétéroclite.

Le début du roman a du mal à se mettre en place et le style semble décousu, on ne comprend pas bien où veut en venir l'auteur. Disons qu'on comprend, mais qu'il est assez maladroit pour installer son intrigue... mais ensuite on se prend bien facilement au jeu de ces apprentis cambrioleurs. Alors que cette joyeuse équipe croit dur comme fer à la réussite de leur entreprise, le lecteur qui regarde cette affaire avec un certain recul a bien compris que cette histoire va se terminer en eau de boudin. Surtout que Ransome a bien flairé ça sent le roussi du côté de cette bande d'amis (il tire toute son énergie des plats épicés de sa femme, qui le rendent malade, qui l'empêchent de dormir et qui lui dégagent alors plus de temps pour travailler!)

Un polar bien plaisant à lire, on ne se lasse pas de voir ce fiasco s'intaller !