pension de famillePension de famille de Margaret Durrell

Éditions Pavillons Laffont, 2012, 341 pages

Margaret est la soeur de l'illustre Lawrence Durrell. Alors que la famille est enfin revenue en Angleterre et établie à Bournemouth, Margaret, ses deux enfants sur le dos suite à son divorce, décide de partir à la recherche d'une grande demeure pour y ouvrir une pension de famille. Des pensionnaires variées, parfois saugrenus et originaux vont peu à peu peupler les nombreuses chambres de la bâtisse. Margaret va avoir bien du mal à garder sa stature de gérante de la pension, et s'en va très vite copiner avec ses pensionnaires sous les yeux ébahis de ses voisins (lire : la bonne et convenable société anglaise), en cachant son entreprise douteuse à sa vieille tante et son encore plus vielle grand-tante qui ne cessent de lui promulguer leurs bons conseils de bonne conduite. Un roman inspirée par une expérience réelle de Margaret Durrell.

Voici un roman qui sent bon l'Angleterre et qu'il est bon de lire en cette période duveteuse de fêtes. Bien qu'inspirée par la vie de Margaret Durrell, ce roman ressemble plus à une grosse parodie de la vie d'une tenancière de pension de famille. Ses locataires sont de vrais personnages de roman, ils ne pouvaient pas plus être à l'opposé ! Et puis il y a de l'aventure et des anecdotes qui amusent le lecteur tout au long de ses pages : Un élevage clandestin de souris par des enfants qui pensent avoir trouver le bon filon pour se faire de l'argent de poche, le frère naturaliste de Margaret qui ne peut s'empêcher de lui confier des animaux exotiques (une famille de singes, quelques serpents) et qui vont semer le trouble parmi le voisinage; Et des embrouilles burlesques entre les pensionnaires. Tout cela, toujours sous les yeux ébahis des voisins quelque peu encombrants.

Une lecture très agréable alors, un peu trop de personnages peut-être, on s'y perd un peu ! Mais finalement ce n'est pas très grave, on parvient quand même à suivre les déambulations de ces foisonnants personnages.