Manuel du serial killerLe manuel du serial killer de Frédéric Mars

Editions Black Moon, 2013, 462 pages

Thomas Harris est un jeune étudiant qui n'a pas eu de chance dans la vie : Un oeil blanc qui flétrit son visage, ses parents sont morts noyés alors qu'il n'était qu'un jeune enfant... il semble également être atteint de quelque pathologie psychique : Il est très solitaire, perd parfois la mémoire mais est doté d'une grande intelligence, il est un peu paranoïaque aussi. Il ne demande rien à personne en retour, il étudie dans son coin et réussit plutôt bien. Alors pourquoi est-ce que d'un coup tout le monde semble s'intéresser à cet étudiant fauché de Harvard ? Tout d'abord sa prof de littérature qui lui fait un tas de propositions alléchantes (entrer par la grande porte dans le journal du campus, puis intégrer une maison d'édition, comme ça...). Puis Sophie, une étudiante, qui va le materner et le soutenir, même dans les situations les plus louches etc etc... Puis surviennent des meurtres suivis d'un roman qui explose toutes les ventes : et tout ça, on lui met sur le dos, le laissant incrédule.

Voici donc un (bon) thriller placé sous le signe de la manipulation (et pas toujours de qui qu'on croit.) : Le lecteur passe tout le livre à être traîné (sans aucun égard) dans un brouillard épais. Plus on avance, moins on sait qui est qui, qui fait quoi, et surtout pourquoi tout le monde fait tout ce qu'il fait. Le roman est écrit du point de vue de Thomas qui est totalement perdu, alors forcément, il ne peut pas nous éclairer en grand chose sur ce qui lui arrive. En interludes, nous avons des passages cryptiques sous forme de rapports rédigés par son psy après chaque séance. Encore une fois, rien est très clair, et on se rend très vite compte qu'on nous cache bien des choses. Sans savoir quoi, forcément.

Alors que j'avais reproché quelques trop grosses ficelles à Non Stop, Frédéric Mars a décidé de monter qui est le chef à ses lecteurs. Si le choix du nom du personnage m'a laissée perplexe dès le début, je ne savais pas trop à quoi m'attendre par la suite : "coïncidence" ou détail important de l'histoire ?

Je me suis fait balader par l'auteur pendant tout le livre, jusqu'aux toutes dernières pages qui donnent enfin la clef du roman. J'appellerais ça l'effet "Sixième sens",  quand tu te rends compte que tu t'es fait bluffer (balader, railler..) pendant toute l'histoire et que t'as rien vu venir. Et puis, parce qu'on est la pour rétablir la vérité : ce livre est un livre de dingue.

J'ai dévoré ce roman, en grande partie dans le métro avec plein de regards accusateurs de gens qui tombaient sur le titre du livre. Ce livre provoque l'oeil mauvais, sachez-le !

Merci à l'auteur et à Black Moon pour l'envoi de ce livre, j'ai de nouveau passé un très très bon moment avec ce roman de Frédéric Mars. Et, comme à chaque fois : Vivement le prochain !