les refltsLes reflets d'argent de Susan Fletcher

Editions Plon, 2013, 462 pages

Sur une petite île, une communauté est en deuil de Tom, homme noyé quatre ans auparavant en sauvant la vie d'un jeune touriste. La vie semble en suspend pour Maggie sa veuve, Emmeline sa mère, ses frères et sa soeur... Tom était un homme joyeux, serviable et gentil, personne n'accepte sa disparition.

Une vieille légende raconte qu'un homme-poisson arpente les côtes de l'île et parfois se montre pour redonner espoirs aux âmes en peine. La famille de Tom semble l'attendre le coeur bien lourd.

Un soir, Sam se promène sur la plage, un homme est étendu là, épuisé, blessé, amnésique. C'est un grand homme brun, aux yeux et à la barbe noirs de jais. Il ressemble à s'y méprendre à l'illustration de l'homme-poisson du livre de légendes d'Abigail. Tabitha, l'infirmière de l'île, va le soigner. Sans mémoire de son identité, il va se remettre petit à petit dans cette maison au bord de la mer, battue par le vent.

Un élan de douceur et de changement va alors flotter sur l'île. La famille, à son contact, va comme panser petit à petit ses blessures : la perte de Tom tout d'abord mais aussi toutes les autres cicatrices du passé encore à vif.

Cette arrivée de l'homme-poisson va servir de prétexte pour se plonger dans la vie et l'histoire de toute une famille, des gens durs, forts et arides en démonstration de sentiments, êtres à l'image de la vie modelée par les éléments de l'île. Tous semblent en dérive et isolés, encore une fois, comme la petite île entourée par les eaux et qui ne communique avec le continent que par l'arrivée du ferry.

Me voici dans mon troisième livre de Susan Fletcher, et un tout autre style cette fois encore. Ici le récit est modulé par le rythme des vagues et par la force du vent : la nature tient une fois encore le rôle d'un personnage principal dans ce roman. Ici tous les personnages semblent s'en remettre au bon vouloir de la mer qu'ils respectent, admirent et craignent en même temps. La mer est même présente dans la forme même du texte, dans le rythme qui imite le ressac.

Par petites touches, comme une peinture, Susan Fletcher dresse de le portrait de chaque habitant de cette communauté... et si on regarde plus près ou plus longtemps le tableau, des détails surgissent.

Des trois romans de l'auteur que j'ai lus jusqu'à présent, Les reflets d'argent est le plus déroutant : Il y a une multitude de personnages, et heureusement pour nous, un arbre généalogique en début de livre. Une alternance de point de vue au début brouille notre lecture, et puis on se met à reconnaître la voix, le personnage quand c'est son tour de s'adresser à nous. La trame et la structure du texte sont tellement complexes que l'auteur aurait pu se perdre et nous perdre en même temps... pourtant non, Susan Fletcher garde et dirige sans faille la mesure de son texte et nous transporte avec elle dans son monde entre mythe et réalité.

Un très joli roman, peut-être moins abordable que Le bûcher sous la neige et La fille de l'irlandais... mais un texte admirable qui laisse présager de belles heures de lecture pour la suite !

Bientôt je vous parlerai du moment exceptionnel que j'ai passé avec Susan Fletcher dans un café parisien la semaine dernière...

Livre lu avec ma copine Yueyin dans le cadre du mois anglais !

keep-calm-and-read