Je suis un dragon de Martin Page

Éditions Robert Laffont, 2015, 284 pages

Margot est une jeune ado, elle a perdu ses parents de façon tragique alors qu'elle n'avait que six ans: Ils ont été exécutés devant ses yeux le jour de son anniversaire. Depuis elle erre entre familles d'accueil et foyers, en essayant de gérer ses sentiments et sa colère. C'est une fille solitaire et singulière, la cible parfaite pour quelques collégiens peu scrupuleux qui aiment à s'attaquer à ceux qui sont différents ou qui semblent faibles. Un jour, elle se fait attaquer dans un couloir désert du collège.... elle écrabouille littéralement trois élèves à elle seule. Elle devient à partir de ce jour un cas d'étude, elle a une force hors du commun, son corps est un veritable bouclier, inaltérable. Notre super héroïne (costume inclus) sera dès lors la nouvelle arme des gouvernements français et américain, chargés de missions qu'elle exécutera en échange d'un semblant de cocon familial et pour se racheter ses homicides.

J'ai lu ce roman avec plaisir bien que ce ne soit pas mon genre de prédilection. J'avoue que j'ai accepté de lire ce livre car j'avais passé un bon moment à l'époque avec Comment je suis devenu stupide qui résumait pas mal mon expérience dans la vie professionnelle. Donc voilà, je n'ai même pas cherché à savoir ce qu'était ce livre et j'ai voulu tenter. Forcément, j'ai été un peu désorienté quand j'ai découvert ce vers quoi se dirigeait ce roman! Néanmoins, j'ai aimé. J'ai aimé la première partie du roman qui sonne tellement vrai et qui nous parle beaucoup quand on est confronté tous les jours à des ados qui ne se sentent pas toujours bien dans leur peau. J'ai également aimé le personnage et la personnalité de Margot. C'est une jeune fille pleine de courage et d'énergie. Malgré tout, elle garde une certaine fraîcheur et le texte est écrit avec beaucoup d'humour. Malgré sa vie pas toujours facile, ça reste assez amusant à lire.

C'est également un texte très riche de par les différents et nombreux thèmes qu'il aborde : la jeunesse et le malaise, la politique et les politiciens, la manipulation, la construction de soi, la cause animale, le féminisme. Néanmoins, je trouve que justement il y a trop de thèmes et pas assez approfondis.... tout va trop vite pour moi, j'aime quand on passe du temps sur un sujet à partir du moment où on décide d'en parler (oui bon, je lis Wilkie et Dickens, ça laisse des traces!). Telle une Margot en action, les sujets m'ont semblé survolés et parfois à peine abordés.

Par contre, je tiens à applaudir pour ce qui concerne la cause animale dans le roman et la vivisection. Je n'en dirait pas plus, mais un gros bravo pour le singe !!

Et comme nous sommes des chanceux, nous, les blogueurs, j'ai eu l'occasion d'assister à un très agréable petit-déjeuner avec Martin Page chez Robert Laffont la semaine dernière. Je n'avais jamais entendu l'auteur, je l'avais juste déjà apperçu au salon du livre quand j'étais jeune (haha! - genre y'a quatre ans - private joke qu'une seule personne comprendra!). J'ai découvert un auteur très simple et tout en sensibilité, très amusant également (faut faire gaffe, il bloque facilement sur facebook! haha! Du coup je le laisserai m'ajouter si mon billet passe l'étape du "filtre" :-) ). Ce livre est le deuxième qu'il a écrit sous son pseudo Pit Agermen qui, nous explique-t-il, lui permet d'écrire des romans de genres différents (et moi qui me suis demandé pendant un moment c'était quoi ce Pit Agarmen, avant de comprendre que c'était un pseudo!). Ce roman existe car l'auteur aime beaucoup les super héros, il trouve d'ailleurs que ce genre est bien trop souvent considéré comme un sous genre, que les lecteurs snobent parfois (bon je n'ai rien dis, mais c'est pas forcément qu'on snobe, mais juste que cet univers ne nous intéresse pas. Enfin je parle pour moi, là!)

Un grand merci à Cécile et à Robert  Laffont pour nous avoir majestueusement reçues comme d'habitude !

Martin_Page