les visages

Les visages de Jesse Kellerman

Traduit de l'américain par Julie Sibony

Éditions Points, 2009, 474 pages

Ethan Muller tient une grande galerie d'art à New York. Il mène une vie un peu dissolue, fréquente une femme de vingt ans son aînée, et n'a plus aucun lien avec son richissime père autre que part son bras droit Tony. Un jour, Tony l'appelle, ils ont retrouvé une série de dessins dans l'un des appartements des résidences Muller, le locataire, David Cracke, s'est volatilisé. Sous la pression, Ethan se rend dans l'appartement où il découvre une quantité impressionnante de dessins dans des cartons. Les dessins sont numérotés, il s'agit en fait d'une fresque immense, avec pour pièce principale des visages d'enfants sous forme d'anges. Ethan décide d'exposer les oeuvres sans délais, il s'agit là d'un dessinateur de génie ! Peu après le vernissage, il reçoit un appel : Les visages seraient ceux d'enfants violés et assassinés il y a de longues années. Ethan va se prendre au jeu et va mener l'enquête pou connaître le fin mot de l'histoire. En parallèle, l'auteur nous plonge dans l'histoire singulière de la famille d'Ethan depuis son installation aux Etats-Unis.

C'est un roman à l'intrigue et à la forme originales et bien loin du polar pur. Bien sûr, il y a enquête mais l'histoire va bien au delà et s'appuie sur des liens et des sentiments familiaux bien compliqués. On est un peu dur au début avec Ethan, on se dit que quand même, il pourrait faire un effort envers son père... mais force est de constater que sa famille est loin d'être facile !

En arrière plan de l'histoire, on sent tout le malaise de l'après 11 septembre des newyorkais. Ils veulent vivre à toute allure, même si ce n'est pas simple : les fantômes de la tragédie continue de rode dans la vie de chacun... L'auteur veut aussi nous montrer que les priorités ont changé pour la police : les meurtres tout ça, d'accord, mais les terroristes, ça fait encore plus peur !

Je me suis carrément laissé prendre au jeu de ce roman. Ethan, le narrateur et "romancier" (enfin c'est ce qu'on nous fait croire) est sympathique et plein d'humour (il s'adresse souvent directement au lecteur.) Malgré le thème, j'ai trouvé que c'était une belle histoire (pour des raisons que je ne peux dévoiler ici mais que ceux qui ont lu et liront le livre pourront comprendre!) Je découvre ici un auteur efficace et très agréable à lire !