un mot sur

Un mot sur Irène de Anne AKRICH

Éditions Julliard, 2015, 206 pages

Irène et Léon sont d'illustres professeurs de littérature à la Sorbonne. C'est un couple peu banal, Léon aime passionnément sa femme et Irène vit jusqu'au bout son engagement féminisme, en fricotant avec ses étudiantes. C'est de notoriété publique et Léon semble l'accepter jusqu'au jour où il est submergé par la jalousie. Ce probable nouveau doyen de la faculté va alors plonger dans la folie en tentant de rendre la monnaie de sa pièce à Irène.

Que penser d'un livre qui se veut sérieux et qui fait sans cesse référence à Cinquante nuances.... sachant que jamais je ne lirai Cinquante nuances.... Je n'ai pas du tout aimé le décors planté pour ce roman : illustres professeurs (destiné à nous faire rêver?) et situations malsaines. Je ne suis pas spécialement prude mais il y a des choses que je n'aime pas lire, parce que ça ne m'apporte rien à part un air halluciné... "Recouds-moi, s'il te plait!" Hein??!!! Je n'aime pas les détails graveleux qui n'apportent rien à l'intrigue, cet étalage gratuit me dérange. Je n'ai pas non plus aimé suivre la relation malsaine entre Irène et Léon, on ne comprend d'ailleurs pas bien leur mode de fonctionnement (alors que j'aime comprendre les personnages). Bref, même si j'ai lu ce livre assez facilement, je vais très vite en oublier l'histoire.

Mais, et cela sauve un peu le livre, j'ai aimé la façon dont l'auteur nous dépeint la folie de Léon en deuxième partie. J'ai trouvé que cela était bien mieux réussi que la première partie dédiée à nous présenter leur relation (très maladroite à mon goût.... le vide des dialogue.... mon dieu!). Et j'ai particulièrement aimé la fin à New York, le cyclone, tout ça.

Mon bilan de cette lecture est alors bien mitigé.