Afficher l'image d'origine

Le dîner de Herman Koch

Traduit du Néérlandais par Isabelle Rosselin

Éditions 10/18, 2009, 356 pages

Paul accompagné de sa femme Claire rejoint son frère, Serge, et Babeth, sa belle-soeur, pour un dîner dans un restaurant huppé. On comprend rapidement que le repas va être tendu, Paul méprise son frère depuis toujours et cela ne s'est pas arrangé depuis qu'il est en passe de devenir le premier ministre du pays. Effectivement, le repas commence sous fond de sous-entendus et de non-dits, Babeth arrive au repas les larmes aux yeux. C'est un couple bien pitoyable dont on nous dresse le portrait que celui de Serge et Babeth. Paul et Claire, quant à eux, semble s'aimer et s'entendre comme au premier jour. Un vrai petit couple idéal ! Le repas s'envenime, le but premier du repas est en réalité de parler de leurs enfants respectifs qui ont fait une énorme bourde ensemble.

La trame de ce roman suit les différentes phases d'un repas. Le narrateur est Paul, incomparable cynique qui nous fera beaucoup rire par ses remarques cinglantes et très justes tout au long de l'apéritif et de l'entrée. Grâce à de nombreux flash-backs, on découvrira plus en profondeur la personnalité de Serge et sa vie de famille. De nombreuses digressions intérieures auront pour thème Michel, leur enfant unique et chéri.

Le repas est ponctué de nombreux incidents, les deux couples sont à cran et surtout ils évitent de parler du véritable sujet de la rencontre. Parce que c'est trop horrible, parce que c'est inconcevable, si on en parle pas cela restera entre nous.

Au fil des pages, alors que l'on croyait avoir tout à fait cerné tous les personnages du premier coup d'oeil, on découvre avec agacement que l'auteur nous a bien manipulés.... les apparences seraient-elles trompeuses, on n'aurait pas bien compris qui sont les gentils et qui sont les méchants?

Ayant acheté ce livre en suivant les conseils de mon amie A Girl dont vous trouverez le billet ICI, je n'avais pas lu la quatrième page de couverture et j'avoue avoir été très décontenancée par le contenu de ma lecture, au fur et à mesure que je découvrais le noeud de l'intrigue. Je m'attendais à beaucoup rire après avoir rencontré Paul au cours de premières pages mais j'ai fini le livre en riant bien jaune foncé.

Ce livre n'est pas sans me faire penser à Festen, le film danois dans lequel une famille fait exploser tous ses secrets au cours d'un long repas. Ici c'est le même principe, en aussi glauque.

Une belle découverte mais une lecture bien dérangeante et j'avoue avoir eu hâte d'en arriver au bout pour que toute cette folie s'arrête.

Livre lu dans le cadre du Challenge Union Européenne en 28 livres : Pays-Bas.

 Challenge Europe