AVT_Robert_Louis_Stevenson_319__2_

L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

Kindle Éditions, 1883, 262 pages

Jim Hawkins vit avec ses parents dans l'auberge qu'ils tiennent quelque part sur la côte anglaise. Un beau jour, un pirate colérique, mystérieux et alcoolique s'y installe. Il s'appele Billy Bones. Il terrifie toute la maison, en particulier le jeune Jim partagé entre sa curiosité et sa peur. Billy Bones lui confie une mission, celle de guetter tout signe d'un pirate à la jambe de bois, la seule personne qu'il semble craindre au monde. Lorsqu'une horde de pirates débarque à la porte de l'auberge, c'est la panique à bord, ils veulent voir Billy Bones, veulent lui soutirer quelque chose... ils lui laissent un sursis, mais la tâche noire lui rappelle que sa vie ne tient plus qu'à peu de chose... surtout que le vieux bougre abuse du rhum depuis bien trop longtemps et que sa vie s'en trouve bancale depuis quelques jours. Le vieux Billy meurt et Jim s'enfuie avec le contenu du coffre que Billy surveillait jour et nuit. La maison est mis à sac par les pirates et Jim se fait aider du Docteur Levesey et Sir Trelawney. Le vieux coffre renfermait une vieille carte, celle de l'île au trésor ! Les deux hommes en mal d'aventures décident alors d'affrêter un navire, l'Hispaniola, de rassembler un équipage, de prendre Jim sous le bras et de partir à la rechercher de l'illustre trésor. Malheureusement pour eux, le personnel du bateau n'est constitué que de vieux pirates... dont Long John Silver, le fameux, à la jambe de bois... A l'approche de l'île, l'ambiance tourne à la mutinerie...

S'il y a avait UN livre qui me faisait peur, le voici ! Des pirates en veux-tu en voilà, des bateaux, des mutineries.... exactement TOUT ce qui me pousse à reposer un livre si d'aventure il se retrouve dans mes mains. Mais voilà, j'aime les défis et, malgré ce que j'en ai dit pendant des années, j'aime Stevenson... et je survis même à ses histoires de bateaux et de pirates (mais il faut quand même que je les lise en français, sinon il continue de me perdre.)

Je me suis alors bien prise au jeu de ce roman et le suspense était intacte car je n'avais même jamais osé regarder un film de l'île au trésor !  Donc voici que je rencontre l'illustre Long John Silver, celui là même que je rencontre dans beaucoup de romans écossais, ne serait-ce que par une allusion. J'avoue que l'idée de le lire vient de Björn Larsson dont j'adore les romans et qui en a écrit un sur Long John Silver, du coup, je n'avais pas trop le choix que de passer par la case Stevenson avant.

J'ai beaucoup aimé lire ce roman, Jim le sale gamin intrépide, Long John cynique, faux, rusé comme un renard. Le Docteur Levesey et Sir Trelawney un peu nunuche, il faut bien le dire... Un cocktail qu'il fait bon mettre ensemble lors d'un voyage de roman d'aventure. J'ai "un peu" survolé les scènes de boucherie et de mutinerie par contre car outre les pirates, je n'aime pas les bagarres ou autres guerres dans les romans. Mais, globalement, cela s'est très bien passé pour moi, la traversée, les pirates, tout ça.

Par contre, j'aime les îles désertes et les conditions un peu extrême, alors j'ai été ravie de faire la connaissance de Ben Gunn, vieux pirate abandonné ici à son triste sort par Billy Bones, vieux sauvage fou, mais pas tant que ça !

Je pensais par contre que la chasse au trésor elle-même était le coeur du livre et j'ai été un peu surprise de son peu de place dans le roman finalement... Tout n'est en fait qu'histoires de trahisons, de traversée, de rhum et de vieilles chansons de pirates !

A la fin de mon édition, Robbie (oui, ça y est, je lui donne son petit nom) nous raconte un peu sa vie et la genèse de ce roman. Il avait beaucoup écrit auparavant, mais des textes que personne ne lisait comme il nous le raconte. Il avait bien envie de tenter d'écrire un roman (pour avoir des lecteurs!) mais il hésitait, c'était quand même du travail et il ne s'en sentait pas le courage. Et puis, un jour, il passait d'un temps avec un enfant et il s'est mis à dessiner avec lui... une île au trésor ! Et voici comme l'idée du livre à commencer à germer dans sa tête. Il nous raconte ensuite, très humblement, comment il a organisé son travail, pour arriver à ses fins.

J'ai survécu, vaillamment comme une intrépide pirate ! Je crois que maintenant je vais pouvoir continuer à écumer les autres livres de Stevenson pépère.

Treasure_Island_map