heimska

Heimska - La stupidité de Eirikur Örn Norddahl

Traduit de l'islandais par Eric Boury

Éditions Métailié, 2016, 158 pages

Aki et Lenita sont un couple d'écrivains sulfureux. Il vivent dans le village sur-connecté de Isafjördur au fin fond de l'Islande. Leur relation est, dès le départ, bien animée. Quand ils se rendent compte qu'ils ont écrit, au même moment, une variation du même roman, la guerre est déclarée ! Ni une, ni deux, ils se séparent et se provoquent à coup de pokes ! C'est que les Islandais, dans cette dystopie, évoluent dans un monde régulé par la surVeillance. Tout le monde est connecté, tout le monde à tout moment, est sous l'oeil d'une ou plusieurs caméras et de ses concitoyens. A la moindre coupure de courant, lorsque les voyants verts s'éteignent, c'est la panique partout ! Comment peut-on vivre si l'on ne peut plus voir ni plus être vu !? Aki et Lenita, dans leur guerre conjugale, passent leur temps à provoquer l'autre en couchant à tout va et en se prévenant mutuellement pour que tous deux vivent ça "ensemble" en direct.

Eirikur Örn Norddahl dessine de sa plume incisive un monde qui trempe dans les excès et l'addicition des réseaux sociaux. Finalement, en sommes-nous si loin ? Ici les personnages ne peuvent supporter de ne tout partager, absolument tout, en temps réel. Les "like" sur les réseaux sociaux sont autant de reconnaissance par la société. Si on ne se montre par et qu'on n'est pas vu, existons-nous ? Ce livre n'est pas sans me rappeler le monde imaginé dans le premier épisode de la série "Black mirror".

Le style de l'auteur est absolument remarquable ! Humour noir, dérision, et réflexion profonde sur la société arrosés par un ton direct, franc, efficace. Le lecteur se trouve emporté dans cette histoire insolite, dans la folie malsaine du couple et se retrouve face à sa propre utilisation du net. Tout est maintenant accessible immédiatement, les informations, la culture et la vie des autres. Il n'y a plus de filtre, plus d'attente et l'impatience s'impose sans qu'on se rende vraiment compte. La vie devient un jeu misant sur le paraître ou l'humain s'efface de plus en plus pour laisser place au paraître, au paraître bien ou du moins le mieux possible.

Forcément, dans ce genre de société, une nouvelle forme de terrorisme va s'installer... moins sanglant mais tout aussi dévastatrice pour les victimes...

Enfin, sauf Aki et Lenita qui, bien que complètement omnibulés par la surVeillance, vivent leur folie malsaine sans aucun tabou, inhibition ni pudeur. Et ils sont franchement drôles !

Un très bon roman alors et je me régale d'avance quand je pense que j'ai le premier roman, Illska, de l'auteur en attente de lecture dans ma bibliothèque. J'ai adoré la folie de ce livre, son originalité, son rythme, son imagination, son humour !

Isafjördur

(Isafjördur - ça fait rêver, n'est-ce pas?)