Midnight_Diner_Tokyo_Stories

Midnight Diner - Tokyo Stories

Série de Joji Matsuoka, une saison, 10 épisodes d'environ 20 minutes

Avec Koaru Kobayashi, Joe Odagiri, Mansaku Fuwa, Mikako Tabe, Saki Takaoka...

La série se déroule dans un restaurant de Tokyo. La Maître (chef cuisinier) tient tout seul l'établissement. La particularité du lieu ? Il n'est ouvert qu'entre minuit et sept heures du matin et a une carte très limitée. Par contre, il accepte toute demande de plats à condition qu'il ait les ingrédients. Dans son minuscule restaurant, des habitués vont se dévoiler autour de la sagesse ancestrale du cuisinier. Nous assisterons alors à des tranches de vies, parfois touchantes, bien souvent TRÈS déroutantes !

Lorsque copine Lou m'a parlé de son projet de mois japonais, je lui ai dit tout de go que ça allait être bien difficile pour moi de participer, même si d'habitude j'aime bien l'encourager dans ses challenges thématiques. C'est que le Japon, ce n'est pas trop ma tasse de thé... Ça ne me fait pas rêver, leur littérature ne m'attire pas plus que ça... Je n'ai d'ailleurs aucun japonais dans ma PAL (et vu que je suis à fond dans mon challenge "zéro achat", je me voyais mal le rompre pour un japonais!) Bref, j'ai alors dit à copine Lou que je regarderai des trucs (oui c'était encore bien vague) sur Netflix pour, au moins, une participation symbolique. Lou, très enthousiaste, m'envoie rapidement un texto pour me dire : "Regarde Midnight Diner, c'est génial !" Bon, d'ac. Le format me plaisait, juste vingt minutes par épisodes, "juste" dix épisodes (avec le recule, tout est relatif...), je me lance.

Midnight-Diner

Le premier épisode a de quoi refroidir même les plus curieux... Je l'appelle l'épisode Bioman, que j'ai eu la "chance" de revoir cette semaine car j'ai eu le malheur de parler de cet OVNI à des amies et qu'elles ont voulu voir.. youhou vraiment... Donc l'épisode Bioman dans lequel un des personnages reconnaît l'une de ses idoles actrices dans une série du genre bioman et dont il était absolument fan quand il était jeune. Elle fréquente aussi le restaurant et mange sa soupe sans nouille, c'est important de le noter. Bref, cris de bioman et tout le tralala... Sérieux, je me suis demandé dans quoi Lou m'embarquait encore.

Par la suite, ça ne s'est pas beaucoup arrangé... Fantômes qui viennent hanter leur famille pour des histoires de kama sutra (!), films pornos, tricoteuse amoureuse (elle m'a fait rire elle, elle drague en faisant des pulls !)....

Je me suis sentie absolument perdue dans cet univers et j'ai eu du mal à trancher : Est-ce que c'est juste une série nulle avec des acteurs pas très doués (non, mais ils sur-jouent, c'est ridicule!) ou est-ce que c'est censé être amusant et que je n'y comprends rien. En tous cas, j'ai mis presque deux mois pour aller jusqu'au bout de la série avec un sentiment de pure souffrance.

midnight-diner-2

Mais, il faut être honnête, tout n'est pas noir... J'ai aimé trois épisodes, les plus normaux, les plus neutres, je pense. J'ai été touchée par l'histoire du japonais qui tombe amoureux qu'une coréenne mais dont la relation est culturellement compliquée, par celle des deux frères qui se retrouvent ou encore celle du vieux qui retrouve son amour d'enfance et qui ne le calcule pas une seconde. Ces trois-là étaient intéressants et émouvants.

Et puis, j'ai quand même beaucoup aimé quelque chose dans cette série : La musique, les chansons du générique. Celle qui ouvre l'épisode est toujours la même et est vraiment très belle, je la partage avec vous :

Celles qui clôturent les épisodes peuvent changer mais je les ai toujours aimées.

Le billet de Lou ICI.

Voilà ce qui sera certainement mon unique participation au "Mois Japonais" de Lou et Hilde.

logo japon