la couleur du lair

La couleur du lait de Nell Leyshon

Traduit de l'anglais par Karine Lalechère

Éditions 10/18, 2012, 187 pages

Mary vit avec ses deux soeurs, ses parents et son grand-père dans une ferme misérable du Dorset. Nous sommes en 1831. Un beau jour, son père décide de l'envoyer travailler dans la maison du pasteur Graham. C'est un bon investissement pour lui, Mary est la moins productive dans la ferme avec sa patte folle, sans compter qu'il pourra embaucher le salaire de la jeune fille de quinze ans. Mary quitte alors le monde bourru et terre à terre de sa famille pour le raffinement de la vie au presbytère. Mary va rapidement se lier d'amitié avec la femme du pasteur Graham, très malade.

C'est Mary qui nous raconte son récit, Mary, quitte à être loin de sa famille, décide d'en tirer parti et d'obtenir un minimum d'éducation grâce au pasteur qui s'entête à lui apprendre à lire la Bible. Mais, le style de Mary fait peur au premier abord. J'ai lu les premières lignes, sans majuscule, sans ponctuation et je suis allée directement vers la fin du livre pour moi si tout le livre était écrit de la même façon... et c'était bien le cas ! J'avoue m'être demandé si j'allais être capable d'aller au bout mais finalement ça passe bien et on s'habitue rapidement à la narration de Mary. C'est souvent bien amusant d'ailleurs, Mary est simple et pragmatique, elle ne s'embête pas avec les formules de politesse et les conventions, elle parle sans filtre et dit ce qui lui passe par la tête si cela lui semble juste. Évidemment dans une maison convenable anglaise de l'époque, ça fait mauvais genre ! Mais la famille du pasteur s'attache rapidement à la jeune fille qui les amuse et les intrigue.

Même si on sourit, ce n'est pas non plus une comédie, Mary prend la plume pour raconter son histoire. Elle est très claire dès le départ, elle veut témoigner, nous dire la vérité et on se doute qu'il y a eu un gros problème au cours de son séjour au presbytère.

Une lecture que j'ai beaucoup appréciée. Malgré le style, j'ai totalement embarqué dans l'histoire de Mary. J'ai aimé son franc parlé et ses remarques terre à terre dans un monde qu'elle ne connaît pas et ne comprend pas. C'est un agréable voyage dans la campagne anglaise de 1831.

Livre lu dans la cadre de la LC du jour consacrée à "La campagne anglaise" pour le Mois Anglais 2017 que j'organise avec ma copine Lou durant tout le mois de Juin !

Vous pouvez retrouver le récaptilatif des billets de nos participants ICI.

large

Voici également le onzième livre de l'année sorti de ma vieille PAL pour le Challenge "Objectif PAL" d'Antignone.

objectif pal