9200000033378149

Le jour où les zombies on dévoré le Père Noël de S.G. Browne

Traduit de l'anglais par Laura Derajinski

Mirobole Editions, 2014, 252 pages

Andy Warner est un zombie. Il a perdu sa vie de respirant lors d'un accident de voiture auquel sa femme n'a pas survécu. Lui, c'est un réanimé, ni mort ni vivant. Il débute le roman dans un institut dans lequel on teste les zombies pour découvrir la raison de leur résistance à la mort. Andy est le spécimen le plus étonnant du troupeau de zombies en étude, celui qui répond le mieux aux stimuli et aux expériences. Sauf qu'il en a ras-le-bol de cette vie de rat de laboratoire alors il décide de se faire la mâle avec ses compagnons d'infortunes non respirants. Il ne s'en sort pas trop mal et parvient à ne pas se faire rattraper, empruntant un costume de Père Noël pour passer inaperçu en cette période festive de fin d'année. Zombie oui, étrange Père Noël également mais qui va restaurer la magie de Noël pour une petite fille bien malheureuse. Un Père Noël zombie efficace, c'est toujours mieux qu'un vrai Père Noël qui l'oublie tous les ans.

Ce livre est aussi un manifeste pour réhabiliter la réputation des zombies trop souvent malmenée dans les films d'horreur ou autres romans. En vrai (!), les zombies ne sont pas des masses sans cerveau qui se déplacent pour aller croquer de l'humain. C'est juste des corps en putréfaction avec un cerveau qui ont besoin d'un peu de bonne chair humaine pour ne pas tomber en décrépitude. Andy, lui, a tout d'un humain qui subit sa condition de zombie. Il est drôle, attendrissant mais... oui... zombie tout de même. Alors parfois, ben il mange son voisin, ben voilà, il n'y peut rien !

Voici un roman assez amusant et qui se lit très vite. Par contre, je m'attendais à quelque chose de plus déjanté encore, de plus inattendu. Mais ça reste très sympa à lire en cette période de fête, même pour quelqu'un qui n'est pas passionnée de zombies au quotidien.

LC prévue depuis un an mais ça ne n'empêche pas d'être en retard et même d'antidater mon billet avec A Girl.