couv65719901

La douce empoisonneuse de Arto Paasilinna

Traduis du finnois par Anne Colin du Terrail

Éditions Folio, 2001, 255 pages

Linnea, veuve d'un colonel, vit seule dans sa petite maison, dans une campagne non loin d'Helsinki. Elle pourrait couler des jours heureux avec sa pension, sa petite routine, son sauna en bois... sans les visites intempestives de son neveu et de ses amis pile au moment du versement de sa pension. Mais ça suffit, ça ne peut plus continuer comme ça ! Elle veut vivre et profiter des quelques années qu'il lui reste et se débarrasser de ces sangsues! Elle décide alors, au cours d'une beuverie des jeunes dans le sauna, de prévenir la police de sa situation et de filer se réfugier à Helsinki chez l'un de ses vieux amis. Mais les jeunes ne veulent pas en rester là, certains que la vieille cache un magot quelque part. Linnea, quant à elle, ne compte plus se laisser faire et commence à réfléchir à des solutions plus radicales pour se débarrasser de ces jeunes gens ! Oeil pour oeil, dent pour dent, et on verra bien qui en sortira vainqueur !

Les situations sont loufoques et cette vieille femme a vraiment un caractère hors du commun ! Bien sûr, comme à chaque fois chez Arto Paasilinna, l'intrigue va donner lieu à des situations cocasses et incongrues ! C'est une grosse comédie improbable qui se joue à travers les pages de ce roman, et qu'est ce que l'on s'ammuse ! Intrigue qui n'est pas sans rappeler celle de Arsenic et vieilles dentelles que j'avais lu l'année dernière.

J'ai lu ce roman dans le cadre de Décembre Nordique pour l'hommage à Arto Paasilinna. Un auteur qui va me manquer et que j'aime à lire quand j'ai un petit coup de blues, toujours d'une efficacité imparable pour moi. RIP Arto.

Logo Décembre Nordique