IMG_20201106_232237_147

I'll keep you safe de Peter May

Editions Rverrun, 2018, 438 pages

Niamh et Ruairidh sont en voyage d'affaires à Paris. Ils sont propriétaires d'une manufacture de tweed sur l'île d'Harris dans les Hébrides, en Ecosse. Leur tissus est une référence dans le monde et ils vont le présenter à Paris, dans un salon. C'est la veille de leur anniversaire de mariage et Niamh reçoit un mystérieux mail de la part de "quelqu'un qui lui veut du bien" lui indiquant que son mari vit une aventure avec une autre femme. Le couple se dispute et Ruairidh la laisse en plan pour se rendre à un rendez-vous d'affaires, dit-il ! Mais elle l'aperçoit avec une femme et furieuse, décide de les suivre. Alors qu'elle court après leur taxi, celui-ci explose au plein milieu de Paris, tuant ses deux occupants.

La policière Braque sera chargée de l'enquête qui la mènera, à son grand désarroi, sur cette île paumée d'Harris. 

Pour comprendre le drame, nous remontons jusqu'à l'enfance de Niamh et sa rencontre avec Ruairidh. Le gros du roman est en fait l'histoire de Niamh et de Ruairidh, leur enfance sur Harris, parmi les traditions et leur ascension jusqu'au succès de leur tweed. Alors que l'on comprend au début que c'est un couple qui bat de l'aile, on ne s'explique pas bien comment ils en sont arrivés là tout au long du roman quand nous découvrons leur histoire d'amour passionnée (mais on a le fin mot de l'histoire avant de refermer le livre, ouf!)

J'ai du beaucoup de mal à accrocher au livre lors de ma première tentative à la sortie du roman, mais il faut dire que c'était une période de ma vie ou je n'accrochais à aucun livre. La deuxième tentative, cette année, fut meilleure mais il n'empêche que le début du livre ne m'a pas spécialement passionnée. Peut-être parce que cela se passe à Paris, dans mon quotidien presque, et qu'il n'y a alors aucun exotisme. Cela a commencé à me captiver davantage une fois Niamh de retour à Harris... surtout en ce moment où j'ai soif de grands espaces ! (put... de confinement!) Il y a néanmoins, dans ce roman, pas mal de choses qui m'ont dérangée. C'est trop "hollywoodien" : la voiture qui explose, l'épisode de la mafia à New-York, le grand ponte de la mode etc... jusqu'au dénouement du roman qui m'a limite énervée car trop gros. A force de vouloir en faire trop, ça manque cruellement de crédibilité et c'est bien dommage (et ça me coûte de le dire car j'aime beaucoup Peter May.) A cela s'ajoutent des incohérences.... Niamh a de gros problème une fois rentrée sur l'île et elle ne va pas voir la police ???

Bref, ce n'est pas le meilleur de Peter May que j'ai lu... mais je continuerai à le lire quand même ;-)

Livre lu dans le cadre de la LC Peter May (en retard!) pour le Mois Celte.

122146484_10159008466885452_8988968413192271872_n