david-toscana-el-ultimo-lector-ed-zulma-L-1

El ultimo lector de David Toscana

Traduit de l'espagnol par François-Michel Durazzo

Éditions Zulma, 2009, 215 pages

Un beau matin, alors que le village d'Icamole souffre de la sécheresse, Remigio tombe sur le corps d'une petite fille alors qu'il tente de soustraire un sceau d'eau de son puits. Il sort le corps puis panique et fonce chez son père Lucio pour lui demander conseil. Ce n'était peut-être pas la meilleure chose à faire. Lucio s'occupe de la bibliothèque du village qui n'a plus rien d'officiel depuis que l'état a décidé de lui couper les subventions, faute d'emprunts. Lucio continue de se plonger dans les caisses de livres qu'on lui a envoyé il y a six ans, décidant si les romans doivent trôner dans sa bibliothèque ou pourrir en enfer. Et ses critères, sont singuliers, c'est le moins qu'on puisse dire ! Quoiqu'il en soit, ils font disparaître le corps en s'inspirant de romans que Lucio a lus. Bien sûr, au bout de quelques jours, des policiers débarquent dans le petit village mexicain.

Voici un roman particulier et plein d'originalité. L'auteur oscille entre réalité (c'est à dire l'histoire qu'il a créée, la réalité du livre) avec les lectures de Lucio. Lucio vit dans son petit monde, met en rapport les situations et les gens qu'il rencontre avec ses lectures, y cherche des signes, des similitudes... et mélange bientôt tout. Le lecteur a parfois lui-même du mal à savoir trier le vrai du faux. L'enquête des policiers est d'ailleurs très influencée par les délires de Lucio car ils ne connaissent pas le personnage. Lucio réinvente également l'histoire de son village.

C'est assez amusant, surtout quand il parle de livre et de ses petites manies... comme corriger les coquilles. Il faut savoir que les livres qu'il décide de censurer sont jeter sans scrupule dans une pièce noire, spéciale, remplie de cafards ! Car ils ne méritent que ça, être dévorés par des cafards !

Malgré tout, j'ai commencé à me lasser de toute cette folie au bout d'un moment. J'ai eu l'impression que ça tournait un peu en rond et que l'intrigue n'avançait plus. Il est également dommage de ne pas connaître le fin mot de l'histoire en refermant le livre.

Voici ma troisième lecture pour le Challenge Amérique Latine : Mexique.

LOGO_2