Afficher l'image d'origine

Opération Napoléon de Arnaldur Indridason

Traduit de l'anglais par David Fauquemberg

Éditions Métailié Noir, 2015, 351 pages

Le glacier de Vatnajökull en Islande cache un lourd secret. En 1945, peu avant la fin de la guerre, un bombardier allemand s'est écrasé lors d'une grosse tempête. Deux fermiers ont vu l'avion passer bien trop bas mais ils n'ont pas pu retrouver l'avion, trop rapidement avalé par la neige. Les américains ont organisé deux grosses opérations pour retrouver la carcasse depuis la guerre, mais sans succès... jusqu'à ce jour de 1999 où des images satellites repèrent l'avion (fonte des glaciers oblige!)... le QG est en état d'allerte aux USA, les forces déployées, une équipe de choc débarque pour récupérer l'avion et ses secrets avant que quiconque ne puisse y jeter un oeil. Elias, un jeune randonneur, se trouve au mauvais endroit au mauvais moment, avec la mauvaise idée d'être au téléphone avec sa soeur Kristin, avocate sans histoires. Va alors se mettre en place un intrigue digne des plus grands films d'espionage américains, avec traque, étouffement de rumeurs, disparition de témoins... tout cela au coeur d'un hiver glacial islandais (comme on les aime!).

Quel suspens, quelle ambiance, quelle stress ! L'intrigue est rondement menée et il est bien difficile de faire des pauses dans ce roman tant la tension est dense. C'est un polar efficace américain dans une atmosphère islandaise. Les méchants sont de vraies brutes à l'américaine, sans aucun scrupule ni aucun remord. Arnaldur Indridason critique ici l'influence des États-Unis sur le monde et plus précisément en Islande, remet en question leur statut de maître du monde. Les américains sont présentés comme des voyous avec des manières qui n'ont rien à envier aux plus grands dictateurs de ce monde.

J'ai beaucoup aimé l'intrigue historique, même si ce ne sont que des théories.... j'aurais aimé (j'attendais) que l'auteur aille encore plus loin en ce qui concerne l'identité des passagers de l'avion. J'avais quand même à moitié deviné ce qui se tramait, mais peu importe, j'ai passé un incroyable moment de lecture avec ce livre. Le rythme ne se relâche jamais, on est soit sur le glacier glacé, soit dans le QG américain ou à encourager la pauvre Kristin qui a de bien mauvais bougres à ses trousses. On ne s'ennuie pas une seconde, on se pose beaucoup de questions, on s'indigne, on frissonne, on applaudie, et ne sont-ce pas là tous les éléments qui font un bon polar bien efficace?

C'est toujours un excellent moment quand un nouveau roman d'Arnaldur arrive chez moi... j'attends par contre avec impatience le retour d'Erlendur, il nous manque !

Et sinon, rien à faire, Arnaldur garde sa place parmi mes auteurs chouchous d'amour ! :-)