105581_couverture_Hres_0

Homme sans chien de Håkan Nesser

Traduit du suédois par Esther Sermage

Éditions Seuil Policiers, 2013, 477 pages

C'est bientôt Noël et un rendez-vous annuel pour la famille Hermanson : Les anniversaires du père et de sa fille Ebba, née à vingt-cinq ans d'écart. Cette année, c'est donc l'anniversaire des 105 ans. Soixante-cinq ans pour le père et quarante pour la fille. C'est l'occasion pour les parents de réunir toute la famille dans leur maison avant qu'ils ne la vende pour aller se réfugier en Espagne. C'est que Robert, leur fils, a un peu saboter la réputation de la famille en participant à une télé-réalité du genre de Kho-Lanta. Sa prestation lui vaut maintenant le surnom de Robert le branleur, je vous laisse imaginer pourquoi... La famille se réunit alors, plus par devoir que par véritable envie de se retrouver... Au cours du weekend anniversaire, Robert disparaît, puis Henrik, le fils aîné d'Ebba.

J'avais déjà lu un roman de Håkan Nesser mais je en m'en souvenais pas du tout, j'ai cru emprunter un "auteur découverte" pour moi à la bibliothèque en prenant ce livre un peu au hasard, juste parce que c'était nordique. Mais j'avais déjà lu son Eva Moreno que j'avais aimé mais sans plus. Je m'attendais alors à une histoire sans plus là aussi mais j'ai été bien emportée dans l'intrigue. 

C'est un polar d'ont l'enquête n'en finit plus de piétiner jusqu'à un évènement inespéré au milieu de roman. C'est le premier livre d'une série avec l'inspecteur Gunnar Barbarotti et je l'ai trouvé bien amusant ! (même si pas très doué au premier abord) Il ne croit pas en dieu mais décide quand même de mettre dieu à l'épreuve pour qu'il lui prouve son existence. Le livre est alors parsemé de ses petits challenges qu'il lui lance.

L'intrigue est bien menée même si, comme je l'ai dit plus haut, cela piétine mais on ne s'ennuie par une seconde à suivre cette histoire entre enquête policière, manipulation et secrets familiaux. C'est que nous avons assez d'élèments dès le début pour vaguer à nos propres spéculations et la première partie du roman ne fera qu'apporter de l'eau à notre moulin jusqu'à ce que cela s'accélère d'un coup.

Un bon roman que je recommande aux amateurs de polars nordiques.

Lu pour la LC du jour consacrée à la Suède dans le cadre de Décembre Nordique.

Logo Décembre Nordique